Point économique de la DPEE : les principaux axes du discours du Directeur de Cabinet du MEFP

Mamadou Sarr, le Directeur de Cabinet du ministre de l’Economie, des finances et du Plan a rappelé hier mardi 23 mai 2017, que le « Point économique de la DPEE » est un moment d’échange, une force de proposition et d’orientation portée par les différents acteurs de la vie économique et sociale, lesquels ont des intérêts stratégiques bien compris mais, et c’est cela l’essentiel, en partage un destin commun.

Il s’est réjoui que le gouvernement comprenne qu’il est de l’intérêt du Sénégal que chaque acteur partage l’information, dans la limite des dispositions légales et règlementaires. Qu’importent les schémas cognitifs que les autres acteurs utiliseront pour les traiter, l’essentiel est que les connaissances subséquentes permettent à chacun d’ajuster ses choix et stratégies.

Mamadou Sarr a noté que la robustesse de la croissance de notre pays reflète les efforts de mise en œuvre des projets du Plan Sénégal Emergent ainsi que l’accélération du rythme de réalisation des réformes. Il est dès lors nécessaire de chercher à consolider les bases pour exploiter au mieux l’ensemble des opportunités.

Il a aussi montré que l’expérience exaltante qu’a engagée le Sénégal en 2014 a commencé à donner des résultats à la fois encourageants et prometteurs : la croissance économique s’est consolidée plaçant notre pays dans le peloton de tête des pays africains les plus en vue en Afrique ; et le cadre macroéconomique est assaini et cela est visible à travers les indicateurs ad hoc.

Il a tenu à magnifier La solidité des fondamentaux économiques du Sénégal a été saluée par la Communauté internationale. Notre pays est l’un des rares en Afrique à lever des eurobond et à des conditions favorables. Il est clair que les bonnes performances économiques imputables au démarrage de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE), malgré un environnement international morose, cet ambitieux programme de SEM le président de la République qui entend transcender les clivages politiques, ne seront pérennisés qu’avec un secteur privé national dynamique appuyé par le secteur privé étranger.

Enfin, Le Directeur de cabinet du MEFP a souligner que l’analyse de la dynamique de l’investissement, ses mouvements entre les différentes secteurs d’activités, est essentiel au secteur privé pour orienter ses choix stratégiques de manière à continuer à être le moteur de la croissance et de l’inclusion sociale.

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles