PMU ou la contribution indirecte des chômeurs et pauvres à l’Economie du pays

Le phénomène des jeux de hasard a pris des proportions appréciables à trois niveaux:
Pour les parents, il y a une vraie inquiétude, car Il y a aussi l’aspect sociologue qui n’est pas négligeable. A y voir de prés le profil du joueur au PMU ou Loto sportif est de plus en plus de jeunes qui jouent à la loterie même si l’objet du jeu porte sur le football. C’est aussi les parents qui financent sans le savoir les paris. Ainsi présentement, il s’agit avant tout de jeunes entre 16 ans et 23 ans ou d’adultes chômeurs, sans emploi dans la tranche d’âge 40 à 60 ans et enfin le retraité avec une pension faible.
Mais quelque soit son profil, le joueur, jeune, adulte chômeur ou retraité, contribue efficacement à l’économie nationale.
La mise de base est 200 francs CFA et d’après les chiffres de la LONASE, il y a presque 500000 joueurs au quotidien.
Et si on croit au DG de la LONASE, ils ont fait un chiffre d’affaire de 50 MILLIARDS en 2016 et un bénéfice de plus de 630 000 000 F CFA la même année, vous conviendrez avec que ces chiffres sont au pas de la réalité sans compter avec le laxisme dans la gestion, caractérisée par des avantages indus aux dirigeants.
Dans sa logique de toujours gagner plus la LONASE recrute des privés pour ventre ses produits, c’est dire la rentabilité.
Par le canal de la LONASE, nous contribuons concrètement à l’élargissement de l’assiette fiscale.
Ibrahim Bry Tandia

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles