PLANIFICATION FAMILIALE : L’homme constitue facteur bloquant dans le Fouladou

À l’intérieur du pays où la modernité rime avec la tradition, les facteurs socioculturels constituent parfois un frein au développement. Comme c’est le cas à Kolda où certains hommes constituent un facteur bloquant pour la Planification familiale à cause de la religion ou de leur culture.

 La Planification familiale (Pf) a tendance à être bannie en milieu rural surtout chez les hommes qui sont censés appuyer leurs femmes au lieu de les punir quand elles  appliquent cette action. Ces propos sont de Dieynaba Diack, 3ème adjointe au maire de la commune de Kolda. Elle s’exprimait en marge du panel scientifique organisé en prélude de la célébration de la Journée internationale de la population qui se tient pour la première fois hors de la capitale, Dakar. Pour cette édition axée sous le thème : « Investissons sur la Planification familiale pour la capture dividende démographique et l’émergence du Sénégal », c’est Kolda qui est choisie à abriter la cérémonie officielle de l’édition 2018. Cette dernière a profité de rendez-vous pour exhorter les hommes de collaborer avec leurs épouses dans ce cadre afin de faciliter l’espacement des naissances et de sauver des vies. « La Pf ce n’est pas seulement la femme, mais elle concerne les deux genres. Et pour qu’il y ait Pf, il faut le consentement d’un couple. Raison pour laquelle, j’exhorte les deux d’avoir une décision consentante surtout au niveau des hommes qui sont parfois très retissant », a-t-elle encouragé ; Avant d’ajouter : « Il faut aller vers une sensibilisation sérieuse des deux genres  et éviter le forcing. « Il faut que les populations s’approprient de l’intérêt de la Pf qui est un peu bloquée par les pratiques socioculturelles, même si la religion ne l’interdit pas ». Selon elle, seule la Pf peut corriger ce gap de grossesses non désirées partout ailleurs dans la région au niveau de la population qui est très jeune et est confrontée à des difficultés énormes liées à la tradition, aux mariages précoces  avec toutes ses conséquences.

Parlant du développement de la collectivité locale, cette dernière de conseiller à la population d’aller vers la santé de la mère et de l’enfant. «  Assurer la santé de la mère et de l’enfant c’est assurer toute une vie », a-t-elle déclaré. Et comme Kolda a eu à gagner un projet sur la Planification familiale (Pf), même si elle a des difficultés avec sa jeunesse et ses mamans, a décidé de suivre cette action pour corriger tout ce mal causé, en allant vers la Pf pour espacer les naissances.

 

 

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles