Pikine Une adolescente de 17 ans accouche clandestinement et tue son bébé

Dimanche 6 novembre à 23h, la demoiselle H. D, 17 ans, prise par les douleurs de l’enfantement, arrive seule à la maternité de Guinaw-rail et sollicite assistance et aide. La matrone de la structure sanitaire se porte à son chevet et l’’installe dans la salle d’accouchement. La gamine continue de se plaindre de douleurs atroces sur la table de travail et demande à aller pisser. Elle se traîne alors jusque dans les toilettes, s’enferme dedans pendant un long moment et ressort.

Elle prétexte se soulager, accouche dans les toilettes et tue son enfant

La matrone revient entre-temps dans la salle d’accouchement et demande après l’adolescente qui pointe le bout du nez et affirme revenir des toilettes. Mais, vu l’état de la gamine, la blouse blanche se fait un sang d’encre et interpelle la parturiente. Celle-ci soutient avoir accouché dans les toilettes où elle indique avoir abandonné son nouveau-né de sexe masculin. La sage-femme sonne l’alerte, défonce la porte des toilettes et tombe sur l’horreur : «un nouveau-né de sexe masculin étranglé à mort». Elle câble les limiers du commissariat de police de Guinaw-rails qui se déportent d’urgence dans la maternité et appréhendent la nouvelle accouchée.

Elle se tortille de douleurs post-natales et pique une crise à la police…

Conduite au commissariat de police de Guinaw-rail, renseignent nos informateurs, la nouvelle accouchée H. D a piqué un malaise post-natal durant sa garde à vue dans la chambre de sûreté avant de piquer une crise. Elle a été évacuée illico-presto à bord d’un véhicule à la maternité en question où elle a accouché avant d’être aussitôt mise en observation médicale par les blouses blanches. Elle devrait être libérée dans les prochains jours par les blouses blanches puis livrée à nouveau aux limiers aux fins de s’expliquer sur les circonstances et les véritables motifs de son acte.

Source Jotay.net

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles