Philippines : Un musulman sauve plus de soixante chrétiens d’une exécution possible par des islamistes

Un musulman a été honoré comme  héros aux Philippines après avoir caché 64 chrétiens des militants islamistes qui les ont chassés sur l’île philippine de Mindanao.

Un groupe d’hommes lourdement armés du Maute, a pris d’assaut la ville de Marawi sur l’île la semaine dernière et ont été engagés dans des combats acharnés avec l’armée philippine.  Le groupe qui s’appelle également l’État islamique de Lanao, aurait été soutenu par Isis et aurait ciblé les chrétiens.

Les militants auraient prévu de mettre en place leur propre enclave islamique sur l’île, ont annoncé les responsables après l’émergence d’une vidéo montrant leurs dirigeants dans une réunion de stratégie secrète.

Bien que 90% des Philippins s’identifient comme chrétiens, Mindanao – au sud du pays – est majoritairement musulman et a été une cible pour les insurgés islamistes depuis des années.

Le président Rodrigo Duterte, précédemment maire de la ville de Davao sur l’île, a déclaré la loi martiale et a envoyé l’armée pour reprendre la ville, menant à une semaine de combats dans les rues.

Environ 90 pour cent de la population, 180 000 personnes, ont déjà fui les combats, mais certains n’ont pu échapper.  Norodin Alonto Lucman, un ancien politicien musulman et chef de clan traditionnel, a ouvert sa maison à environ 71 personnes, dont 64 chrétiens, alors qu’ils ne pouvaient plus échapper. Lucman a déclaré que les chrétiens «ne pouvaient quitter la ville, alors j’ai dû prendre la responsabilité de les protéger. Les jours suivants, d’ autres travailleurs chrétiens se sont réfugiés dans ma maison. Il y avait environ 64 d’entre eux entre mes mains et j’étais très déterminé à ne rien laisser leur arriver « .

C’est ainsi que M. Lucman fut plus tard capable de marcher avec en sécurité en dehors de la ville en brandissant des drapeaux blancs. Lorsque les combattants les ont arrêtés et ont demandé s’ils étaient chrétiens, ils ont répondu avec « Allahu akbar » – un cri de ralliement musulman – et ont été autorisés à partir.

Il a expliqué qu’ils avaient été forcés d’échapper parce qu’ils se rapprochaient de la famine.  Décrivant une scène de dévastation dans le centre-ville, il a déclaré que les rues étaient parsemées de cadavres et de débris pourris.

« J’ai presque vomi en marchant », a-t-il déclaré, estimant qu’il y avait plus de 1 000 morts.

Cependant les estimations officielles du gouvernement portent le bilan macabre à 120 militants, 38 forces gouvernementales et 20 civils.

lactuacho.com avec independent.co.uk

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles