Pétrole et Gaz : entre l’extorsion et le respect des obligations contractuelles au Nigeria, en RDC et au Sénégal (Par NJ Ayuk, PDG de Centurion Law Group)

La semaine dernière, un tribunal de commerce du Royaume-Uni a donné raison à une réclamation de la société d’ingénierie Process and Industrial Developments Ltd. (P&ID), qui réclame plus de 9 milliards de dollars au gouvernement nigérian à la non-réalisation d’un ancien accord sur un projet gazier qui ne s’est jamais réalisé. La décision fait suite à une sentence arbitrale de 2017 et la transforme en décision judiciaire, ce qui pourrait permettre à P & ID de saisir les avoirs commerciaux internationaux du Nigéria.

La réclamation de P&ID repose sur un contrat signé en 2010 avec le gouvernement du Nigéria pour la construction et l’exploitation d’une « usine de traitement du gaz destinée à raffiner le gaz naturel, que le Nigéria recevrait gratuitement pour alimenter son réseau électrique nationale », indique le site Web de la société. Dans le cadre de cet accord, le gouvernement nigérian aurait dû fournir l’infrastructure et les pipelines nécessaires pour fournir du gaz à l’usine. P&ID la construirait gratuitement, puis l’exploiterait et commercialiserait la production pour une période de 20 ans.

La société affirme qu’elle aurait réalisé un bénéfice de 6,6 milliards de dollars US au cours de cette période, un chiffre incroyable d’autant plus fantastique qu’elle affirme que les 7% d’intérêts annuels qu’elle prélèverait sur ce capital s’élèveraient désormais à 2,4 milliards de dollars US, au taux de USD 1,2 million par jour, ce qui pousse le montant à un total parfaitement équilibré de 9 milliards USD. La situation dans son ensemble est extrêmement déroutante.

Après tout, P&ID, une société créée spécialement pour ce projet, affirme avoir droit à l’intégralité de ce qu’elle aurait gagné sur une période de travail de 20 ans, même si cette période ne serait pas terminée avant une dizaine d’années. En outre, elle charge des intérêts sur le capital qu’elle aurait si la réalisation du projet s’était produite sur la prochaine une décennie.

En outre, elle a choisi de poursuivre l’affaire devant un tribunal britannique, et dispose d’un autre procès juridique devant un tribunal américain, alors que le contrat a été signé au Nigéria, en vertu de la loi nigériane, et devrait être poursuivi devant un tribunal nigérian, comme l’équipe juridique nigérienne l’a déclaré à plusieurs reprises.

Le Nigéria demande à faire appel de la décision, mais P & ID ne perd pas de temps à tenter de saisir des avoirs nigérians à l’étranger, et il pourrait très bien y arriver, du moins en partie.

De plus, P&ID n’a même jamais commencé la construction de cette centrale électrique qui, selon elle, aurait profité à autant de milliers de Nigérians. La société aurait dépensé 40 millions de dollars américains en travaux préparatoires, bien qu’il soit impossible d’attester de ces travaux…

…Cependant, cette question représente une histoire importante et édifiante pour les gouvernements africains partout dans le monde. Peu de choses importent plus dans la lutte pour attirer les investissements et créer un environnement commercial propice à la croissance économique qu’honorer les obligations des contrats signés.

Les investisseurs doivent savoir que leurs investissements sont sûrs et qu’ils seront protégés par la loi au cas où les autres parties manqueraient à leurs obligations, comme cela semble s’être passé avec le gouvernement nigérian. Ce n’est en aucun cas la première fois qu’une telle situation se produit.

En mars dernier, un tribunal international a condamné la République démocratique du Congo à verser 617 millions de dollars à la société sud-africaine DIG Oil Ltd pour ne pas avoir honoré deux contrats pétroliers. Il s’agit d’une perte de capital inacceptable et injustifiable pour les habitants de la RDC. Surtout si l’on tient compte du fait que la perte est encourue parce que les dirigeants du pays n’ont pas respecté un contrat qui aurait pu apporter une richesse considérable au pays pendant de nombreuses années, à la fois en redevances et en impôts, et aider à développer son industrie du pétrole.

Le gouvernement sénégalais, présidé par le président Macky Sall, a fait preuve d’intelligence pour éviter ce genre de litige lorsqu’il était confronté à la question de la Timis Corporation et à sa propriété d’une superficie comprenant le champ Tortue, qui contiendrait plus de 15 milliards de pieds cubes de ressources gazières découvertes. Si le président Macky Sall avait décidé de mettre fin à un contrat valide sur la licence, la Timis Corporation se serait livrée à un arbitrage et aurait probablement obtenu un jugement favorable contre le Sénégal.

Dans le processus, les gisements de gaz n’auraient pas été développés et n’auraient généré aucun retour pour le Sénégal et ses citoyens. Parfois, les dirigeants sont confrontés à des choix difficiles et il faut du courage pour trouver des solutions tout en respectant le caractère sacré des contrats.

Malgré les critiques des groupes de la société civile, la Guinée équatoriale a honoré les contrats passés avec les sociétés pétrolières américaines, jugés défavorables par de nombreux analystes du secteur pétrolier. Ce principe a maintenu l’industrie pétrolière de la Guinée équatoriale stable et les entreprises américaines continuent d’investir dans de nouveaux projets tels que le projet de remblayage EGLNG avec Noble, Atlas Oranto, Glencore Marathon et l’État.

Les dirigeants africains et les pays africains ne peuvent plus se permettre ce genre d’erreurs. Si, d’une part, les contrats doivent être respectés, protégés et respectés, les personnes chargées de l’évaluation et de la signature de ces contrats doivent faire de la faisabilité du projet le principal motif de toute décision. Quel est le but de signer des contrats pour des projets fantastiques où il n’y a ni le capital, ni les conditions pour les mener à bien ? Nos économies vivent aussi de leur réputation. Aucun investisseur ne veut travailler dans un système où les contrats ne sont pas honorés et où leurs investissements ne sont pas protégés.

Bien que la demande de compensation de 9 milliards de dollars US présentée par P&ID semble absurde, les entreprises qui voient les contrats qu’elles signent avec les gouvernements africains, ou tout gouvernement qui ne les respecte pas, doivent avoir le droit de réclamer une indemnisation, de la même manière que les dirigeants africains doivent être responsables de la situation des contrats qu’ils signent et doivent veiller à ce que de telles situations ne se répètent pas. Assez d’argent a été gaspillé dans des poursuites qui pourraient être utilisées pour améliorer la vie des Africains. Cela s’applique à l’industrie du pétrole et du gaz et à toute autre industrie.

NJ Ayuk est le PDG de Centurion Law Group, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie, et auteur du prochain livre « Billions at Play : l’avenir de l’énergie et du business en Afrique ».

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles