Permis à Points : Effectivité en juillet prochain

Dans le cadre de ses activités annuelles, la Nouvelle prévention routière du Sénégal (Nprs) a organisé hier la cérémonie de lancement de la 16ème édition de la Semaine nationale de la prévention routière qui se tiendra du 12 au 18 Avril 2018 à travers tout le Sénégal. L’occasion par le ministre des Infrastructures et des Transports, Abdoulaye Daouda Diallo de révéler que les permis à points seront effectifs dès le mois de juillet prochain.

Dans le cadre des sanctions, surtout les fautes et les erreurs constatées, qui aboutissent toujours à des morts d’hommes sur la route, le gouvernement du Sénégal a pris la ferme décision de mettre en place à compter du mois de juillet prochain les permis à points. Cette révélation est faite hier par Abdoulaye Daouda Diallo, ministre des Infrastructures et des Transports terrestres lors de la cérémonie de lancement de la 16ème édition de la Semaine nationale de la prévention routière qui se tient du 12 au 18 du mois courant sur toute l’étendue du territoire. Selon lui, ces permis sont destinés à tous les usagers de la route sans distinction. « Ces permis à points ne seront pas exclusivement destinés aux transporteurs, mais à tous ceux qui sont détenteurs de permis de conduire », a-t-il rappelé.

Avant d’être plus explicite : « S’il des éventuels retraits de points, cela devrait concerner tout le monde. Mais aussi, nous travaillerons à la modernisation des tissus de façon générale et que toutes ces mesures soient mises en application dès cette année ». Parlant des conducteurs à deux roues, M. Diallo de faire savoir que toutes les motos seront immatriculées, tout en travaillant en sécurité avec le port des casques pour une meilleure sécurisation des usagers. Ce dernier toujours dans son réquisitoire a déploré le nombre élevé de morts sur les routes chaque année. « Nous avons constaté et de façon alarmante que la route tue beaucoup au Sénégal. Pas moins de deux personnes meurent par jour du fait des accidents de circulation. C’est beaucoup ». Et de poursuivre : « Il y a lieu de réduire drastiquement ce phénomène. Même si nous avons une réduction de 35% des accidents à l’horizon 2020, je crois qu’il y a lieu de travailler à avoir un résultat beaucoup plus meilleur, parce que 35 % veut dire qu’on aura un mort au moins par jour du fait des accidents de circulation ».

Pour cela, le département des Transports terrestres a initié un certain nombre d’activités qui s’inscrivent autour de la prévention à travers l’éducation, le changement du parc des véhicules de gros porteurs, la construction de bonnes infrastructures, entre autres. Cet évènement qui est devenu aujourd’hui un rendez-vous important de sensibilisation de tous au risque routier, est aussi un occasion pour le ministres des Infrastructures d’appeler à une synergie de toute la population en son entièreté afin de travailler ensemble pour avoir une bonne prévention. En outre, le gouvernement du Sénégal est en train de travailler avec les transporteurs et chauffeurs sur la mobilité nocturne du fait que nos routes sont mal éclairées. Ce qui crée un danger permanent pour les conducteurs.
Pour Matar Faye, Directeur exécutif de la nouvelle prévention routière, cette approche commune est très responsable pour en finir avec les accidents routiers où les victimes sont constituées pour l’essentiel que de jeunes. « La sécurité ne doit pas être vécue comme une contrainte, mais comme un élément pour sauver des vies. », a-t-il. Abondant dans le même le sens Ibrahima Gueye président de la nouvelle prévention routière de dire : « La violence sur les routes est inacceptable. Si on veut arriver à zéro accident nous devons changer nos mentalités et nos comportements ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles