Perception de l’ARMP, la Cour des comptes et l’OFNAC: Ces organes de contrôle méconnus de 56% des sénégalais

Dans le cadre du Projet de renforcement des mécanismes de contrôle citoyen de la gestion des ressources économiques locales, la Plateforme des Acteurs non étatique a organisé un forum de capitalisation et d’interpellation citoyenne sur les mécanismes de contrôle. Une étude menée par ladite plateforme révèle que 56% des sénégalais ne connaissent pas ces corps de contrôle.

L’étude mentionne que : « Les données issues des réponses de la recherche action confirment globalement l’hypothèse de départ sur la perception des citoyens des corps et organes de contrôle que sont la cour des comptes et l’Autorité de Régulation des Marchés Publics. Ces organes de contrôle sont généralement méconnus par la plus grande frange de la population 56% des interviewés disent ne pas connaitre la cour des compte et l’ARMP. Une tendance lourde et constante de 48% à 55% des réponses « ne sait pas » s’est dégagée tout au long des résultats de l’étude ».
Toujours d’après l’étude , ce niveau de méconnaissance varie : selon le sexe, 63% chez les femmes et 40% chez les hommes ; selon les tranches d’âge avec une tendance généralement négative chez les 18-29 ans avec 55% et plus de 60 ans avec 63% ; selon le niveau d’étude, avec 86% des analphabètes, 65% des arabisants et 67% des personnes avec un niveau primaire ; Selon les secteurs d’occupation, avec 71% des agriculteurs/éleveurs, 71% des chômeurs, 64%du secteur privé et 44% des étudiants.
Et le document de renseigner : « Cette méconnaissance des corps et organes de contrôles par les citoyens s’est reflète sur : Le degré d’appréciation de l’indépendance des corps et organes de contrôles et de régulation : seul 30% pensent qu’ils sont indépendants du pouvoir exécutif, contre 51% qui disent ne pas savoir. Le niveau d’appréciation du caractère juste des décisions rendues : 23% pensent que les décisions sont injustes, contre 28% et 49% ne savent pas ; et que 31% pensent que le pouvoir exécutif s’exerce influence sur ces corps et organe de contrôle. Cette tendance est confortée par le fait que seul 21% des sondés jugent que le gouvernement donne suite aux travaux des corps et organes de contrôle et de régulation. 33% pensent que l’application des sanctions ne s’applique qu’aux non protégés ».
L’étude mentionne que le niveau d’appréciation des travaux des corps et organes de contrôle et de régulation : 52% des citoyens affirment ne jamais avoir vu un rapport de corps et organes de contrôle et de régulation, 39% n’en savent rien et 3% seulement l’a très souvent consulté. Et d’après la source, cette tendance s’est renforcée par le fait que 73% d’enquêtés disent ne pas être informés d’une publication d’un rapport. Cependant, la radio avec 31% reste le premier canal d’information.
« Le niveau d’appréciation de l’action : 15% trouvent l’action des corps et organes de contrôle et de régulation pertinente, 19% la jugent efficace, 7% considèrent qu’ils sont impartiale dans leur travail tandis que 10% pensent qu’ils sont corruptible et que 3% disent qu’ils sont inutile contre 47% des enquêtés sans opinion », explique-t-on dans l’étude.

Toutefois, 35% d’opinions font confiance aux corps et organes de contrôle et de régulation contre 14%, 36% n’ont de pas opinion et 15% des enquêtés répondent « ne pas sait pas »

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles