Pénible situation des employés de Savana Saly : restés un an sans salaire, ils accusent leur direction et l’Etat

L’Etat du Sénégal leur doit environ un milliard. Depuis un bon moment, la situation des travailleurs du secteur du tourisme va de mal en pis. Les travailleurs de l’hôtel Savana Saly courent derrière un an de salaire. Lors d’un point de presse tenu à Saly, ils ont dit leur désarroi. Car une assignation leur a été servie et ils sont menacés d’expulsion. «Hôtel Savana de Saly : les employés dans le coma, 10 mois sans salaire, 15 mois de journaliers, 20 mois de prestataires.

Des cotisations sociales non respectées » sont, entre autres, les maux qui minent l’hôtel. Chez les employés, les sentiments les mieux partagés sont l’angoisse et le désespoir.

«Nous avons reçu une assignation en expulsion. L’hôtel ne répond plus aux normes, parce que n’ayant plus de tour operator pour faire la concurrence. Le terrain de 3 ha sur lequel est construit l’hôtel, a été vendu à la société immobilière de Saly», renseigne Auguste Ndong, directeur de l’hébergement. La situation est tellement catastrophique que l’hôtel ne peut plus prendre en charge les frais élémentaires. «Nous gardons une facture de 4 millions en électricité et 5 millions de la SDE. Le téléphone est coupé. Depuis 1987, l’hôtel n’a pas été rénové, ce qui fait qu’aujourd’hui, il a atteint un niveau de délabrement très avancé», ajoute Ndong.

Mamadou Sène de son coté souligne que les dégâts collatéraux de ces factures impayées sont incommensurables. «C’est triste et pénible, la situation que nous traversons aujourd’hui. Dans quel pays sommes-nous ? Nous sommes fatigués et les conséquences liées au non-paiement des salaires sont catastrophiques. Nos enfants sont renvoyés de l’école, à cause de non-paiement de la scolarité. Certains ménages sont brisés par manque de dépense quotidienne et l’Etat ne fait rien pour venir en aide», s’étrangle le contrôleur.

L’amicale des anciens employés de l’hôtel Savana est venue à la rescousse.

«Aujourd’hui, j’ai le cœur meurtri de voir que l’hôtel n’a que 18 permanents. Les travailleurs sont courageux de rester 10 mois sans salaire. Je me demande comment ils font pour survivre. Savana a été le poumon de la station balnéaire de Saly. Aujourd’hui, il a perdu tout son lustre d’antan. Et pourtant, les questions sociales doivent toucher le cœur de l’Etat, mais jusque-là, les autorités n’ont pas encore réagi», souligne un ex-travailleur.

L’amicale ne souhaite pas que la direction de Savana Saly réitère le coup de 1993, lorsqu’elle avait prétexté la guerre du Golf pour licencier plus de 100 employés. Elle craint une mascarade ou une politique de mise en faillite de l’hôtel.

Car lors d’une rencontre organisée à Dakar entre les délégués du personnel et Mbaye Tine, le directeur, il y a eu des menaces. Le boss, soutient Mamadou Souaré, a menacé de fermer l’hôtel si les délégués en parlent à la presse.

Mais, loin d’abdiquer, les travailleurs décident de continuer le combat. D’autant que la SAPCO qui est un démembrement de l’Etat doit à Savana Saly la somme d’1 milliard 200 millions. C’est cette dette que brandit la direction pour refuser de payer les salaires.

Source Enquêteplus.Com

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles