Paix, santé, sécurité, …le Conseil Médiation et Sécurité de la CEDEAO passe en revue les questions régionales jugées pertinentes

La 27ème Session Ordinaire du Conseil de Médiation et de Sécurité (MSC) de la CEDEAO au niveau des ambassadeurs, s’est tenue au siège de la Commission de la CEDEAO, Abuja, (Nigeria), hier 5 décembre 2017 pour délibérer sur les divers mémorandums, briefings et présentations relatifs à l’état des affaires de la région.

Le Conseil au niveau des ambassadeurs est l’organe des ambassadeurs ouest-africains accrédités auprès de la CEDEAO qui coordonne également les questions stratégiques entre la Commission de la CEDEAO et les Etats membres concernant un rapport de situation régional harmonisé et des interventions dans le domaine de la paix, la sécurité et le développement humain.

Selon le compte-rendu parvenu à www.lactuacho.com, accueillant les participants à la réunion, la Commissaire aux Affaires Politiques, Paix et Sécurité (PAPS) de la Commission de la CEDEAO, Mme Halima Ahmed, a donné un aperçu de la situation sécuritaire et de la politique générale de santé de la région, en plus des sphères de sécurité.

Sa déclaration a porté sur le soutien de la Commission de la CEDEAO pour le bon déroulement des élections dans certains États membres en 2017, les défis soulevés par les problèmes internes dans certains États membres et l’état de préparation de la Commission à fournir une assistance pré et postélectorale dans les pays. où les élections devraient se tenir en 2018 et 2019.

Elle a chargé les membres du Conseil de «regarder les documents présentés de façon critique et constructive afin que nous puissions remplir nos devoirs et responsabilités envers nos directeurs respectifs, en particulier le gouvernement de nos États membres».

Déclarant la réunion ouverte, le président du MSC de niveau ambassadeur et l’ambassadeur de la République togolaise auprès de la CEDEAO, M. Lene Dimban, ont également abordé les moments forts des efforts de médiation de la CEDEAO dans les États membres tant dans la conduite des élections dans les États membres. ainsi que la solidarité manifestée pour renforcer et promouvoir la sécurité humaine dans un esprit de bon voisinage.

Soulignant que l’atmosphère générale dans laquelle se déroulait la réunion déteindrait sur la qualité des décisions, il a plaidé pour l’établissement de relations de travail étroites avec les Etats membres et la Commission de la CEDEAO afin de réaliser, entre autres, la vision d’une CEDEAO.

A la tête des présentations thématiques couvrant la situation politique et sécuritaire dans la région, le Directeur de la Commission de la CEDEAO, Affaires Dr Remi Ajibewa a informé le Conseil de l’état des affaires dans les 15 pays de la CEDEAO. Le mémorandum présenté à cet égard comportait également des recommandations ciblant à la fois les autorités nationales et la Commission de la CEDEAO.

Des exposés sur le statut de la sécurité maritime dans la région ainsi que sur le Système d’information de la police ouest-africaine (WAPIS) ont été présentés par le Dr Cyriaque Agnekethom, directeur de la Direction de la paix et de la sécurité régionale (DPKRS). la conférence régionale sur la situation sécuritaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

En outre, des séances d’information ont été organisées sur les centres nationaux d’alerte précoce, la situation humanitaire dans la région ainsi que les résultats des recherches menées par la CEDEAO et les centres d’excellence sur les conflits entre éleveurs et éleveurs en Afrique de l’Ouest.

Le Conseil a également examiné le projet d’ordre du jour et le programme de travail de la trente-neuvième session ministérielle du MSC devant laquelle leurs recommandations et décisions seront d’abord présentées.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles