Opinion des chefs d’entreprise : Le climat des affaires s’est également légèrement bonifié au troisième trimestre 2017

La direction de la prévision et des études économiques (Dpee), dans sa note de conjoncture (troisième trimestre 2017), estime que le climat des affaires s’est légèrement bonifié au troisième trimestre 2017.

« Au troisième trimestre 2017, le climat des affaires s’est amélioré par rapport au trimestre précédent. En effet l’indicateur qui le synthétise, calculé sur la base des soldes d’opinion des chefs d’entreprises, a légèrement progressé, en variation trimestrielle. Il est, toutefois, resté en dessous de sa moyenne de long terme. Sur un an, le climat des affaires s’est également légèrement bonifié au troisième trimestre 2017. En effet, sa bonne progression dans l’industrie et les BTP a été largement contrebalancée par les reculs relevés au niveau du commerce et des services », mentionne la source.

Dans l’industrie, la source note que la majorité des industriels interrogés ont indiqué la concurrence supposée déloyale (53%), les difficultés de recouvrement des créances (33%) et la baisse de la demande (24%) comme les principales contraintes à l’activité, durant le troisième trimestre 2017. Et par ailleurs, les carnets de commande se sont renforcés, en rythme trimestriel, selon les industriels, en phase avec le recul des stocks de produits dans un contexte de quasi-stabilité de la production.
S’agissant de la main d’œuvre, le document souligne qu’elle se serait contractée sur la période. Au total, le climat des affaires se détériorerait légèrement, en variation mensuelle, dans le sous –secteur industriel, tout en restant au-dessus de sa moyenne de long terme.

Et la Dpee de préciser : « Dans le sous-secteur des bâtiments et travaux publics, la plupart des entrepreneurs enquêtés ont considéré que les difficultés de recouvrement des créances (89%), la concurrence jugée déloyale (45%) ainsi que les difficultés d’ accès au crédit (33%) et au foncier (33%) ont constitué les principales contraintes à leurs activités, durant le troisième trimestre 2017. Néanmoins, l’activité générale s’est confortée, en rythme trimestriel, selon les entrepreneurs, malgré de légers replis des carnets de commandes publiques (-1,5 point) et privées (-0,8 points). En somme, le climat des affaires a fléchi dans le sous-secteur, en rythme trimestriel, pour se retrouver en dessous de son niveau moyen ».
Au niveau des services, la Dpee note que les difficultés de recouvrement des créances (50%), la concurrence jugée déloyale (36%) ainsi que l’insuffisance de la demande (29%) sont citées par les enquêtés comme les principales contraintes qui ont entravé l’activité au troisième trimestre 2017. Et toutefois, le chiffre d’affaires s’est renforcé, en variation trimestrielle, d’après les interrogés, grâce à la bonne progression des commandes. Par ailleurs, les tarifs pratiqués se sont légèrement contractés sur la période. Au final, le climat des affaires des services s’est amélioré pour se rapprocher de sa moyenne de long terme.

« Concernant l’activité commerciale, les difficultés de recouvrement des créances, la baisse de la demande et la concurrence jugée déloyale sont déplorées comme les principales contraintes à l’activité du troisième trimestre 2017 par, respectivement, 51%, 46% et 38% des acteurs interviewés. Par ailleurs, le chiffre d’affaires a baissé en rythme trimestriel, selon les enquêtés, en liaison avec le dégonflement des carnets de commande, sur la période. Pour leur part, les stocks de produits finis ont augmenté, en variation trimestrielle. Ainsi, le climat des affaires du commerce s’est légèrement détérioré, en rythme trimestriel, et est restée en dessous de sa moyenne de longue période », souligne-t-on dans le document.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles