Omar Gueye, ministre de la pêche et de l’économie maritime: « Il nous faut un label Sénégal au niveau des produits de la pêche »

Le ministre de la pêche et de l’économie maritime, M. Omar Gueye, en marge de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de « mise à niveau des acteurs de la pêche impliqués dans l’élaboration des plans de maîtrise sanitaire, au niveau des quais et des entreprises de pêche agréés à l’exportation», tenu le jeudi 23 juin 2016, estime qu’il faut un label made in Sénégal au niveau des produits de pêche. Selon le ministre de la Omar Gueye, c’est un défi à relever.
« Je pense qu’aujourd’hui, nous sommes tous d’accord qu’il nous faut un label Sénégal au niveau des produits d’exportation, au niveau des produits de la pêche. Il faudrait que le consommateur qui voit un produit made in Sénégal soit rassuré quant à la qualité sanitaire par une traçabilité nette depuis la capture jusqu’à l’achat de ce produit halieutique », a souligné le ministre de la pêche, M. Omar Gueye.
Selon le ministre de la pêche, ils ont tous intérêt à développer ce label made in Sénégal. Et le président de la république leur a donné des instructions dans ce sens. Il estime que les industriels sont en phase avec eux, la pêche artisanale aussi mais c’est une exigence, c’est un comportement qu’il faut avoir, un comportement de tous les jours, du pêcheur qui prend le poisson en mer jusqu’au débarquement dans un quai de pêche moderne, normé et également un comportement, il ne faut plus que nos poissons, on les jette par terre pour pouvoir les utiliser après. D’après Omar Gueye, le label made in Sénégal, c’est un défi, c’est un challenge que nous devons relever à court terme.
« La qualité, c’est une exigence, la qualité est salutaire, c’est une nécessité absolue dans tout ce que nous faisons, y compris dans le secteur de la pêche. Vous savez que le Sénégal a un agrément national et exporte beaucoup de produits halieutiques. En 2015, nous avons exporté à 194 milliards F CFA dans le secteur de la pêche, faisant le secteur de la pêche, le premier secteur d’exportation en 2015 avec une contribution de 21% des exportations », dira le ministre de la pêche.
Selon Omar Gueye, la professionnalisation des métiers de la transformation et du mareyage, le renforcement des capacités du personnel technique de l’industrie halieutique, ainsi que la sensibilisation et l’accompagnement dans les processus de mise sous assurance qualité, constituent les actions prioritaires de mon département, en vue de sauvegarder l’agrément national à l’exportation vers l’Union Européenne ou la promotion de nos produits vers d’autres marchés. La mise aux normes de l’industrie halieutique nécessite l’adoption de bonnes pratiques, une maitrise de la qualité, une traçabilité des produits depuis la capture jusqu’à leur destination finale.
Quant au représentant résident de l’ONIDU, M. Victor Diemba, il a réaffirmé le soutien de sa structure au secteur de la pêche. Et l’objectif de l’atelier, vise à relancer le développement du secteur de la pêche artisanale à travers l’accès aux différents marchés internationaux.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles