Omar Gueye, ministre de la pêche et de l’économie maritime: « Il faut que nous nous préparions à l’élevage des poissons »

Le ministre de la pêche et de l’économie maritime, M. Omar Gueye, en marge de la journée mondiale de la pêche organisée le samedi 21 novembre 2015, estime que l’avenir c’est l’aquaculture et il est temps de se préparer à l’élevage de poissons.

« L’avenir, c’est l’aquaculture. Il faudrait que nous préparions à ce préalable. Il faut que nous préparions à l’élevage des poissons. Commençons déjà à nous occuper de l’aquaculture. On peut faire de l’aquaculture en pleine mer. L’importance de la pêche pour le Sénégal légitime amplement son statut de pays initiateur de cet évènement phare qui avait enregistré la participation du Collectif national des pêcheurs artisans du Sénégal (CNPS), organisation regroupant des professionnels de la pêche artisanale », souligne Omar Gueye en marge de la rencontre.

D’après le ministre de la pêche le secteur contribue pour 2% au PIB, assure 70 à 75% des apports en protéines d’origine animale aux populations avec une consommation nationale per capita estimée à 26kg par an contre une moyenne mondiale de 16kg/habitant/an.

Toujours selon Omar Gueye , la Pêche et l’Aquaculture sont à ce titre inscrites parmi les moteurs de croissance sectorielle de l’Axe I du PSE qui leur assigne un rôle central dans le renforcement de la sécurité alimentaire, ainsi que la création de richesses et d’emplois.
Le ministre de la pêche estime que la particularité de l’édition 2015 de la Journée mondiale de la Pêche réside dans le fait qu’elle est célébrée dans un cadre unitaire regroupant tous les acteurs et toutes les catégories socioprofessionnelles intervenant dans le secteur.
Et le ministre de rappeler : « il est fondamental de changer de paradigme pour une meilleure gestion de la ressource en vue d’en assurer la durabilité au bénéfice des générations futures. Le Sénégal, pour inverser les tendances encore lourdes de son système de gestion des pêcheries, a opté pour la mise en œuvre d’une cogestion des pêcheries avec l’implication des communautés de base et des acteurs étatiques ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles