Occupation Illégale Des Plans D’eau De Dakar : Le ministre de l’environnement promet de faire valoir la loi

Le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Mame Thierno Dieng, dans le processus de prise de contact et de l’état des lieux des différents sphères de compétence de son département, a tenu à organiser hier une tournée pour constater de visu les plans d’eau de la région du Cap-Vert qui sont très menacés. Ce dernier a profité de cette occasion pour mettre en garde ceux qui ne sont pas en conformité avec la réglementation.

On assiste une situation catastrophique cette dernière décennie à Dakar avec l’accaparement sans faille et l’occupation illégale, sinon anarchique des plans d’eau de la région de Dakar surtout dans la zone des Niayes. Ce phénomène assez nouveau, a permis à certains promoteurs de s’enrichir illégalement sur le dos du contribuable (domaine public) en investissant sur ces plans d’eau, avec en main des titres, qui leur permettent d’exploiter dans ces espaces pour après en tirer le maximum de bénéfices après. C’est le cas à Cambérène au niveau du lac et dans d’autres espaces qui couvrent la zone des Niayes, où des personnes malintentionnées ont eu le kilo d’utiliser des gravas pour remplir certaines parties pour en construire des entrepôts, des magasins, ou autres édifices à usage d’habitation ou industriel qu’elles louent pour leurs propres intérêts, sans tenir compte de l’irrégularité. Une chose que les autorités administratives locales (gouverneur, préfet, sous-préfet et maires) et du ministre de l’Environnement, Mame Thierno Dieng, ont déploré avec la dernière en parcourant hier tous les plans d’eau de la région du Cap-Vert, tout en promettant de faire revenir l’ordre. « Un pays marche avec des réglementations. Tous ces travaux érigés dans ces zones d’eau ne répondent pas aux normes », a-t-il déclaré.

Avant de corser le ton : « raison pour laquelle, tous ceux qui ne sont pas en conformité avec la réglementation seront appelés à l’ordre ». Ce dernier a fait part également que les responsabilités seront situées après la rencontre entre différents acteurs. Et pour les choses qui n’entrent pas à leur compétence, le ministre de l’Environnement de préciser qu’ils vont rendre compte à qui de droit. « Toute autorisation délivrée dans cette zone peut à partir d’aujourd’hui considérer comme non valide quelque soit l’autorité compétente qui la fait », a annoncé M. Dieng.

Il s’exprimait lors d’une tournée qui coïncide avec la 2ème édition des Journées de l’économie verte (20-21 février) pour constater de visu les plans d’eau de la région du Cap-vert qui sont très menacés. « Le constat est le même. C’est qu’il y a une véritable compromission de l’équilibre de l’écosystème, parce que ce plan d’eau a une importance capitale aussi bien social, économique environnementale et écologique », souligne-t-dit. Et de poursuivre : « notre responsabilité est de faire en sorte que la réglementation en vigueur dans le domaine de l’environnement soit respectée et appliquée par tout le monde ». Selon lui toujours, les gens se mettent dans une logique de compromettre ces ressources parce qu’ils en ignorent et n’ont pas une conscience claire et suffisante sur l’intérêt de ces plans d’eau dans l’écosystème. « Nous allons alerter qui de droit et j’espère que tous les démembrements de l’État s’impliqueront pour qu’on arrête déjà et rectifier ce qui est rectifiable pour l’intérêt de tout le monde »,dira-il.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles