Objectif Faim Zéro : Graça Machel appelle à modifier le secteur agricole afin d’atteindre

Etant donné les défis liés à la migration, le fléau de la faim et de la malnutrition et le manque de développement rural, il est urgent de «changer la manière dont nous opérons», d’intensifier les initiatives visant à mettre un terme à la faim et de «modifier le secteur agricole dans son ensemble».

Tel était le message de Graça Machel aux participants, lors de l’ouverture de la 41ème session de la Conférence de la FAO, sur les défis et opportunités associés à l’objectif Faim Zéro.

D’après le communiqué de la FAO reçu, prononçant le discours commémoratif McDougall sur la sécurité alimentaire, Mme Machel – connue à travers le monde pour son combat en faveur des droits des femmes et des enfants – a déploré «l’échec honteux de la gouvernance mondiale en matière de sécurité alimentaire, de migration forcée et de développement économique équitable» et l’échec de la gouvernance mondiale qui ne consacre pas assez de ressources pour lutter contre les premières causes de la pauvreté.

«Il y a aussi un échec de la conscience individuelle. C’est la complaisance sans cœur pour un certain statu quo qui a entraîné une déroute de la solidarité humaine», a déclaré Mme Machel, insistant sur le fait que tout le monde avait le devoir d’en faire plus.

Elle a appelé à donner un «second souffle à l’agriculture», en allant au-delà des changements progressifs et des initiatives innovantes pour atteindre l’objectif Faim Zéro et lutter contre les effets négatifs du changement climatique. Faisant remarquer que la date limite fixée pour atteindre les Objectifs de développement durable prenait fin d’ici une dizaine d’année, elle a invité à ne pas «décevoir nos enfants et petits-enfants » quant à la promesse de ne laisser personne de côté.

Elle a aussi souligné la nécessité d’intensifier les approches qui ont bien fonctionné et de mettre en place les meilleures pratiques possibles – telles que l’irrigation au goutte à goutte, les systèmes de désalinisation solaires, l’économie bleue, la diversification des cultures riches en nutriments et l’agriculture verticale – de manière à ce que les progrès technologiques puissent bénéficier à des millions de personnes et pas seulement à quelques milliers.

Elle a également appelé à ce que le rôle des filles, des femmes et des jeunes dans l’agriculture soit reconnu à part égale et renforcé.

«Il est très important de moderniser l’agriculture et de la rendre plus attrayante pour les jeunes, car le secteur devrait rester la principale source d’emploi pour la jeunesse sub-saharienne dans un futur proche», a-t-elle souligné.

Cela peut être fait en capitalisant sur les nouvelles technologies et en créant de nouvelles industries et plans de carrière au sein du secteur agricole. Mme Machel a également pris l’exemple de deux initiatives africaines tirant pleinement profit des technologies et des nombreux talents qu’ont à offrir les jeunes.  

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles