Noyade de neuf personnes à Salguir Diagne les rescapés toujours sous le choc exigent une solution de l’Etat

Il y a un peu plus d’une semaine, le 11 avril dernier, neuf personnes perdaient la vie dans le chavirement de leur pirogue près de la localité de Salguir Diagne dans la région de Saint-Louis au sein des eaux du Fleuve Sénégal.

Toujours sous le choc, les populations réclament le désenclavement de leur localité, afin de ne plus prendre le fleuve pour rallier les autres parties du pays.

Dans ce village créé, il y a plus que 80 ans, vivent près de 300 âmes qui se nourrissent  de l’agriculture et de la pêche.

Des témoignages poignants ont été recueillis par  nos confrères de la TFM, dont celui de Aminata Diagne, une femme qui a perdu deux de ses enfants dans ce drame, dont un nourrisson de 6 mois et une sœur de même père te de même mère.

Leur profond désir est de ne plus vivre cela, grâce à la construction d’un pont reliant la localité la plus proche à la leur, et qui n’est distante que de deux mètres, elle s’appelle Thilal.

De son enclavement, le village manque de tout : L’eau, source de vie, y est impure, la route sablonneuse et mauvaise, même les femmes en phase d’accouchement y perdent souvent leurs enfants, si ce n’est pas la vie.

Les autorités communales te étatiques sont interpellées, car, que DIEU nous en préserve, mais une mort de plus serait à leur passif.

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles