Nouvelle purge en Turquie : près de 4 000 fonctionnaires limogés

Plus d’un millier d’employés du ministère de la Justice et un millier d’autres dépendant de l’armée, comme deux mille autres, ont été congédiés samedi par un décret paru dans le Journal officiel.

Deux semaines après la victoire contestée du président Recep Tayyip Erdogan au référendum renforçant le régime présidentiel, les purges continuent. L’administration turque a congédié samedi près de 4.000 fonctionnaires.

Les 3.974 fonctionnaires révoqués comprennent plus d’un millier d’employés du ministère de la Justice et un millier d’autres dépendant de l’armée, selon le décret publié au Journal officiel, qui donne le nom de tous les fonctionnaires concernés. Parmi les révoqués de l’Armée de l’air, figurent plus de 100 pilotes. Près de 500 universitaires travaillant dans les institutions officielles ont aussi perdu leur travail.

Cette semaine, plus de 9 100 policiers ont été suspendus, pour des liens présumés avec le réseau du prédicateur réfugié aux Etats-Unis Fethullah Gülen, accusé d’avoir fomenté la tentative de putsch de la mi-juillet 2016, alors que l’état d’urgence a été prolongé. Quelque 1120 personnes soupçonnées d’appartenir à ce réseau ont été arrêtées mercredi matin.

100 000 personnes congédiées ou suspendues

Depuis le putsch manqué, plus de 46 000 personnes, notamment des policiers, des magistrats et des enseignants, ont été incarcérées et plus de 100 000 limogées ou suspendues. Ces mesures ont suscité l’inquiétude d’ONG et de pays européens qui dénoncent une répression tous azimuts qui vise notamment les milieux prokurdes et des médias critiques.

Le président du Conseil européen Donald Tusk compte avoir une discussion avec le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d’un sommet de l’Otan le 25 mai à Bruxelles, a déclaré samedi la chancelière allemande de Bruxelles où les chefs d’Etat étaient réunis pour fixer les principes de négociation du Brexit. Jeudi, devant les députés allemands, Angela Merkel avait estimé que la relation entre l’Union européenne et Ankara était «très affectée» par l’évolution politique récente en Turquie, en raison de nouvelles purges massives dans le pays.

Les émissions de rencontres interdites à la télé

Le gouvernement conservateur turc a décidé d’interdire les émissions télévisées très populaires de rencontres, en vertu de l’état d’urgence, selon un décret publié également samedi au Journal officiel. «A la radio et à la télévision, ce type de programmes dans lesquels les personnes sont présentées les unes aux autres pour trouver un petit ami… ne peuvent être autorisés», selon ce décret.

Le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus avait déclaré en mars que l’interdiction de ces émissions était en préparation, ces programmes ne respectant pas les traditions turques. «Il y a des programmes étranges qui mettent à la casse l’institution de la famille et lui retirent sa noblesse et sa sainteté», avait-il dit. «Si Dieu le veut, dans un proche avenir, nous allons y remédier grâce à des décrets d’urgence».

Les opposants du parti islamo-conservateur AKP (au pouvoir) expriment fréquemment la crainte que la Turquie penche vers un islam conservateur.

Par ailleurs, samedi l’accès à Wikipedia était suspendu en raison d’articles établissant un lien entre Ankara et des organisations extrémistes.

Source leparisien

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles