Noël 2016 A Jérusalem Est : Yes, Macky Can

Le président Obama a envoyé un ultime pied de nez au premier ministre israélien par une abstention historique à une résolution du Conseil de sécurité soutenue par le Sénégal. Un beau cadeau de Noël à Macky Sall.L’adoption, le 23 décembre, de la résolution 2334 par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations-Unies (Onu) réclamant l’arrêt de la colonisation israélienne a ceci de particulier que, pour la première fois depuis près de quarante ans (1979), les États-Unis protecteurs de l’Etat hébreu n’ont pas mis leur véto à une résolution du Conseil de sécurité concernant la colonisation israélienne. Le Conseil de sécurité invitait vendredi l’État hébreu à «cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est».
Cette résolution avait d’abord été présentée (était portée est le terme onusien) par l’Égypte qui s’est débinée devant le nouveau président et c’est finalement quatre États (Sénégal, Nouvelle -Zélande, Vénézuéla et Malaisie) qui ont remis la question sur la table vendredi avec une approbation quasi-générale.
Le soutien implicite de l’Amérique, une première depuis quarante ans, est compris à la fois comme un clin d’œil d’Obama à Macky Sall mais aussi un ultime pied de nez à Netanyahu avec lequel les relations étaient très tièdes, et également comme un message à l’intention de son successeur sur la nécessité de régler définitivement le problème palestinien ; aujourd’hui en effet où le monde s’installe dans une détente certaine avec la victoire sur le terrorisme pourchassé dans ses derniers retranchements, le problème de la Palestine devient un anachronisme tant que le principe de deux États ne serait pas appliqué ; il devrait en être ainsi de tous les territoires occupés sous le prétexte d’un Printemps arabe suscité pour liquider des hommes au pouvoir.
C’est en tout cas en toute connaissance de cause que le Sénégal a exercé vendredi sa souveraineté diplomatique en votant la résolution, en en mesurant toutes les conséquences immédiates et futures : «Oui, nous savions que la résolution serait votée et nous n’avons pas flanché. Le Sénégal a exercé sa souveraineté diplomatique ».

Il faut surtout louer l’intense effort diplomatique déployé par le Sénégal, membre du Conseil de sécurité des Nations-Unies et qui a pu convaincre les autres Etats qui se sont engagés avec lui dans le la présentation et le vote de la résolution.
Pratiquement président à vie du Comité des Nations-Unies pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien et pour la libération d’Al Qods al Sharif avec un sémillant Médoune Fall, Dakar se bat toujours pour l’application de la fameuse résolution 242 de novembre 1967.
A ce propos, le Sénégal avait engagé la défunte Organisation de l’Unité africaine dans la bataille avec la forte délégation de chefs d’État africains envoyée en novembre 1971 auprès de premier ministre de l’époque, l’inoubliable Dame de fer, Golda Meir. Il s’agissait de Léopold Senghor du Sénégal, Ahmadou Ahidjo du Cameroun, de Joseph-Désiré Mobutu du Zaïre qui n’avait pas encore fait sa révolution culturelle et de Yakubu Gowan du Nigeria.

Habemus Pax Senegalensis:
Le Sénégal Et La Résolution 2334

Il en est jusqu’à Sa Sainteté le Pape à participer à la Ola mondiale qui a suivi l’adoption de la résolution 2334 portée par le Sénégal, la Nouvelle -Zélande, le Vénézuéla et la Malaisie ; il a en effet affirmé sans ambages : « Il est temps que les armes se taisent définitivement et que la communauté internationale s’emploie activement pour qu’on arrive à une solution négociée ». Certains n’ont pas hésité, surtout du côté de Dakar, à se féliciter cette bénédiction qui met le Sénégal Urbi Et En Orbite
Pathé MBODJE, M. Sc, Journaliste, sociologue
Parcelles assainies, Unité 10, Villa N° 276, Dakar, Sénégal, tél (+ 221) 775952161

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles