Nigeria : les élections supplémentaires marquées par la violence à Kano et à Benue

Les élections supplémentaires organisées le 23 mars dans cinq des trente États de la fédération nigériane ont été marquées par la violence dans deux des États – Kano et Benue. 
Au moment de remplir le présent rapport, aucun cas de violence n’avait été signalé dans les trois autres États de Plateau, Bauchi et Sokoto.  À Kano, l’agence de presse nigériane a annoncé que des journalistes couvrant l’élection du gouverneur supplémentaire dans l’État avaient échappé au lynchage provoqué par des inconnus présumés à l’école primaire Suntulma, dans le quartier de Gama de Nasarawa.

NAN rapporte que les journalistes qui étaient dans la zone pour surveiller le scrutin ont été chassés de l’endroit par les voyous.
Le rapport ajoute que les ennuis ont commencé lorsque certains journalistes ont tenté d’interviewer des électeurs à qui on a interdit l’accès aux salles de classe dans lesquelles se trouvaient certaines des unités de vote.

Alors qu’ils tentaient de fuir la zone en proie à des troubles, certains journalistes sont tombés à terre et l’un d’entre eux (Nom caché) a dû se réfugier dans une mosquée voisine pour sauver sa vie.

La NAN rapporte également que certains des journalistes ont eu leurs vêtements déchirés par les voyous.  S’adressant à des journalistes, certains électeurs ont affirmé qu’ils n’étaient pas autorisés à exercer leur droit de vote, car ils avaient été chassés de la zone. L’un d’entre eux, le camarade Aminu Tijjani, a déclaré qu’il s’était rendu à l’école primaire pour voter dans son unité de vote, mais qu’il devait rentrer pour échapper à l’attaque des voyous.

Un autre électeur, Sani Abdullahi, a indiqué qu’il était venu voter dès 8 heures du matin mais que les suspects présumés en avaient environ 10, mais qu’il était effrayé.
Dans les lieux d’élection les plus accablants car ils ont été dépassés par des voyous. Les gens circulaient avec des bulletins de vote et des feuilles de résultats, écrivaient ce qu’ils voulaient et les soumettaient aux fonctionnaires de l’INEC.

À Benue, les élections ont été suspendues dans le quartier Azendeshi par le commissaire aux élections résident de l’État, Nentawe Yilwatda.

Les élections ont été annulées dans la circonscription où plus de 13 000 électeurs devaient voter lors des élections supplémentaires dans l’État en raison de l’attaque de certains véhicules transportant du matériel électoral et de la destruction du matériel par des suspects.

L’attaque, qui a été perpétrée par des personnes non encore identifiées le long de la route de Zaki Biam Chito dans la zone administrative locale d’Ukum, a blessé une partie des escortes, notamment des responsables de l’INEC et des agents du parti.
Les documents ont été envoyés au quartier Azendeshi avant que les voyous ne les aient interceptés et les ont ensuite incendiés.

La CER a également confirmé l’incinération du matériel électoral et l’attaque de fonctionnaires.  De plus, il a été signalé que des inconnus politiques auraient perturbé les élections à Jato-Aka, Tse Akough PU 012, dans la circonscription de Yaav, dans la Kwande LGA de l’État.  Les électeurs ont fui l’unité de vote à la suite de l’incident.

Les élections devaient se dérouler dans 204 bureaux de vote de 22 gouvernements locaux disposant de 121 299 voix.

Cependant, à Bauchi, les électeurs ont chassé les hommes politiques qui tentaient de perturber le processus de vote dans le bureau de vote de Kagadama, dans la zone de gouvernement local de Dass. Etat.
Ils ont résisté à toute tentative des politiciens de s’approcher de l’unité de vote dès qu’ils les ont vues.
Les électeurs ont également insisté pour rester dans la file d’attente malgré les affrontements, ajoutant qu’ils étaient déterminés à voter pour les candidats de leur choix.

Lactuacho.com avec emmanuelyawe.com

(Rapports de Nsikak Nseven, Ebuka Onveji et Agence de presse du Nigéria).

 

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles