Nigéria : les élections décalées, les défis qui attendent la Commission électorale

Au Nigeria, les élections présidentielle, législatives et sénatoriales se tiendront finalement le 23 février. Après une annonce surprise du report de ces élections ce 16 février, la Commission électorale (INEC), qui se réorganise pour tenir les délais, devra surmonter de nombreux défis, selon RFI d’où nous tenons cette info.

Au Nigeria, après l’annonce du report des élections à la semaine, la Commission électorale nationale indépendante (INEC) aura comme premier défi de réussir à mobiliser de nouveau les quelque 84 millions d’électeurs que compte le pays.

L’INEC devra convaincre des citoyens à retourner aux urnes. Or, ces électeurs sont déjà éprouvés et hésitants face à une campagne électorale que beaucoup ont trouvée insipide et sans réel débat de fond.

Le second défi est d’ordre logistique. Face à un parterre de leaders politiques et de journalistes, le président de la Commission électorale a discrètement indiqué que ses agents devront configurer près de 180 000 lecteurs de cartes d’électeur. Ces outils sont indispensables pour la crédibilité de ce scrutin puisqu’ils servent à vérifier la validité des cartes d’électeur.

« Transformer la colère en vote »

Autres détails, et non des moindres : sécuriser les lieux de stockage du matériel électoral, qu’il faut ensuite redistribuer à temps et parfois dans des conditions compliquées. Il s’agira enfin de redéployer les agents électoraux aux quatre coins du pays.

A la suite de l’annonce du report des élections, des organisations de la société civile ont donné une conférence de presse. « Comme nous l’avons demandé aux Nigérians : il ne faut pas apporter la colère dans la rue, explique Yemi Adamolekun, membre du collectif « Enough is Enough » (« trop, c’est trop »).

Ils doivent transformer cette colère en vote. Nous plaidons auprès des partis politiques pour qu’ils n’en fassent pas une bataille ou un jeu de blâme, mais qu’ils encouragent les Nigérians à se manifester ».

« Quand il y a des élections, tout le pays est à l’arrêt, poursuit-elle. C’est un énorme coût pour les Nigérians qui ont voyagé jusqu’à chez eux afin de voter, et à qui vous demandez de rester sur place une semaine de plus ou de rentrer travailler et puis de revenir ensuite. Mais nous demandons vraiment aux Nigérians d’exercer leur droit de vote et de le prendre très au sérieux ».

Source RFI

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles