Nigeria : la CEDEAO lance un vaste programme de formation pour renforcer les capacités des partis politiques nigérians

Le 31 octobre 2018, à Abuja, au Nigeria, la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a lancé un vaste programme de formation visant à renforcer les capacités des partis politiques nigérians en matière de stratégie de campagne et de média.

Une partie de l’atelier vise également les journalistes et les organisations non gouvernementales (ONG) à promouvoir la démocratie participative, entre autres, nous dit le communiqué parvenu à notre rédaction.

Les exercices qui englobent l’intégration des jeunes et des femmes dans les activités des partis politiques, le financement des partis politiques, la démocratie entre partis ainsi que les processus administratifs devraient peser de manière positive sur les prochaines élections générales de 2019 au Nigéria.

En souhaitant la bienvenue aux participants à l’atelier de formation, le Commissaire aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité de la Commission de la CEDEAO, le Général Francis Behanzin a félicité les représentants des partis politiques pour avoir « mené leurs activités jusqu’à présent sans dégoûter des principes et principes démocratiques »

Le commissaire Behanzin, représenté par le directeur des affaires politiques de la Commission, M. Remi Ajibewa, a déclaré que l’atelier avait été méticuleusement structuré de manière à couvrir des domaines choisis mais pertinents de préoccupations touchant la plupart des partis politiques de la région et du Nigéria, en particulier pour lesquels la CEDEAO a pris part. développé les modules de formation nécessaires.

Le développement des modules, a-t-il révélé, est une réponse à la récente approche pédagogique adoptée par la Commission de la CEDEAO pour renforcer le processus démocratique dans les États membres.

Il a souligné que la Commission de la CEDEAO était convaincue que l’atelier offrait une occasion unique et peu coûteuse aux partis politiques d’engager une réflexion solennelle et de mener des discussions constructives sur certaines préoccupations clés découlant de la préparation des prochaines élections au Nigéria en vue de les résoudre, collectivement et harmonieusement.

Dans un esprit de coopération et de continuité, il a déclaré que cette convergence de vues devrait s’appuyer sur les efforts antérieurs de la CEDEAO et d’autres interlocuteurs internationaux visant à soutenir des élections pacifiques, transparentes et libres au Nigéria.

 

Dans son message de bonne volonté, présenté après un aperçu du programme présenté par le chef de la Division de la démocratie et de la bonne gouvernance de la Commission de la CEDEAO, M. Eyesan Okorodudu, responsable du programme résident de l’Institut républicain international (IRI), Mme Husna Hassan, a souligné la nécessité s’appuyer sur les aspects positifs des partis politiques nigérians devenant plus réactifs.

Dans un discours liminaire, Peter Nwangwu, président du parti politique We The People Nigeria (WTPN), a pris la parole au nom du président du Comité consultatif interpartis (IPAC) et a souligné que la création du un environnement favorable et les opportunités pour les citoyens de s’épanouir.

Selon lui, parmi les nouveaux partis politiques, il y a maintenant intensifié « la lutte pour démanteler le non-sens qui détruit le Nigeria »

Annonçant l’ouverture de l’atelier, Anthonia Okoosi-Simbine, professeure à la Commission électorale nationale indépendante du Nigéria, a déclaré que l’absence de démocratie interne au parti (IPD) était largement imputable aux défis de la politique interne. parties au Nigeria.

Insistant sur le fait que les médias doivent être à la tâche et fixer un ordre du jour et contribuer à susciter un changement d’attitude, elle a exhorté les participants à mieux comprendre les stratégies de promotion de l’intégration des jeunes et des femmes dans les activités des partis politiques, les stratégies de campagne et de campagne, finances, démocratie interne au parti et processus administratifs.

L’atelier de trois jours, qui comprendra des exposés d’experts et de spécialistes, parmi lesquels le professeur Oshita Oshita, le professeur Kofi Agyekum, M. Aminu Idris et le Dr Franklin Oduro, portera sur des questions cruciales touchant aux relations avec les médias, à la démocratie interne au parti et aux processus administratifs, le financement des partis politiques en Afrique de l’Ouest ainsi que l’intégration des femmes et des jeunes dans les activités des partis politiques.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles