Niger : dix-neuf ans après son assassinat, la famille de l’ancien président Baré Maïnassara attend toujours la vérité

La famille de l’ex-président nigérien Ibrahim Baré Maïnassara, tué le 9 avril 1999 sur une base militaire par des membres de sa propre garde, réclame toujours la vérité. Dix-neuf ans après, ses proches attendent toujours de connaître les commanditaires de l’assassinat.

En octobre 2015, la Cour de justice de la CEDEAO avait jugé à l’unanimité que « le droit à la vie du président Ibrahim Baré Maïnassara avait été violé », rappelle RFI.

Le tribunal avait demandé au Niger de payer une indemnité à la famille de l’ancien dirigeant. Indemnité qui vient d’être versée. Mais un point de l’arrêt n’a pas été exécuté à ce jour, celui du droit à la vérité.

RFI a joint l’avocat de la famille, maître Abdouramane Chaibou qui a indiqué que « tant que la famille ne saura pas qui a fait quoi et qui a décidé quoi, elle ne sera pas en paix ». Selon son avocat la Cour a souligné le « Droit à la vérité » même si une amnistie a été accordée.

« Cela doit se concrétiser par une enquête dirigée par une entité indépendante, pour expliquer ce qui s’est réellement passé. Qui sont les autres, les commanditaires », a-t-il insisté.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles