New-York : accusés de viol par une adolescente, deux policiers identifiés par les tests ADN

Des tests génétiques ont confirmé que l’ADN de deux flics a été trouvé sur l’adolescente de Brooklyn qui les a accusés de l’avoir menottée, puis violée dans un fourgon de police, selon des sources proches de l’enquête.

« Des échantillons d’ADN prélevés sur les deux suspects sont retrouvés en même temps que les kits de viol », a indiqué une source de la police.

Anna Chambers, âgée de 18 ans, affirme que deux agents en civil ont trouvé des médicaments sur ordonnance dans sa voiture lors d’un arrêt de la circulation le 15 septembre, puis l’ont menottée et  emmenée dans un fourgon de police non marqué, où ils l’on a violée, alors que deux autres l’ont forcée à pratiquer une fellation ou sexe oral en échange de sa liberté .

« Vous passerez trois heures dans l’enceinte ou avec ce que tu vas faire pour nous, et on te laissera partir « , lui dirent-ils, selon son avocat, Michael David. « Il n’y avait aucun consentement », a déclaré David.

La NYPD (département de police new-yorkaise a suspendu les deux agents, Richard Hall et Eddie Martins, retiré de leurs armes et boucliers.

De leur côté, les accusés ont dit que le sexe était consensuel. Bien vrai que le test ADN ne prouve que le fait que tous les trois étaient engagés dans des actes sexuels – mais pas si elle était consentante.

Le commissaire de police James O’Neill a déclaré que les agents «en paieraient le prix» si les allégations de viol sont vraies.

Lactuacho avec nypost.com

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles