Mozambique: le commerce d’héroïne, deuxième plus grande source de revenus du pays en termes d’exportations, selon le dernier rapport de l’Enact

L’héroïne serait-il l’un des plus gros produits d’exportations du Mozambique ?

Oui ! relève ENACT qui publie chaque semaine des analyses originales sur la criminalité transnationale organisée en Afrique.

Selon les auteurs du rapport, l’héroïne serait le deuxième plus gros produit d’exportations du pays, juste derrière le charbon. Jusqu’à 800 millions $ de cette drogue seraient exportés chaque année du pays du Sud-Est africain, à destination des pays voisins mais également vers les pays européens, grâce notamment à sa façade maritime (plus de 2 000 km) qui en fait un pôle privilégié pour les exportations vers et hors de l’Afrique.

A en croire le dernier rapport de l’Enact, un organisme mis en place par l’Union européenne pour lutter contre les crimes transnationaux, la réponse à cette question serait oui.

Ce trafic rapporterait jusqu’à 100 millions $ par an à l’économie mozambicaine avec plus de 40 tonnes de ce narcotique, exporté annuellement, dans un pays où près de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Notons que si le pays n’en est pas massivement producteur, les chercheurs indiquent que la majeure partie des cargaisons d’héroïne qui arrivent au Mozambique pour être vendues à l’extérieur, provient de l’Afghanistan et du Pakistan, le plus souvent clandestinement.

Avec Ecofin

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles