Mouth Bane et « Jubanti Sénégal » dépoussièrent « l’Affaire Pétro Tim », le combat passe à l’échelle internationale

Mamadou Mouth Bane le Président du Mouvement Citoyen «Jubanti Sénégal », revient l’affaire Pétro Tim qui semble être classée dans les tiroirs de l’oubli. Son mouvement dénonce le mutisme de l’opposition sur la question et décide d’internationaliser l’affaire devant les juridictions françaises en partenariat avec la Sherpa connue dans la traque des biens mal acquis. (Source netalli.sn)L’on constate, depuis un temps le mutisme de Manko Wattu Sénégal sur les contrats pétroliers. Est-ce une reculade de votre part ?

Oui cette remarque est générale ! Lorsque nous avons mis en place le Front Mankoo Wattu Sénégal, nous avions pris l’engagement ferme devant les Sénégalais de nous battre pour que l’affaire Pétro Tim soit clarifiée et que les retombées financières profitent aux populations. C’est ainsi que nous avons fait des communications et même une marche le 14 Octobre 2016. D’autres sujets sont dans la plateforme de Mankoo mais la gestion des contrats pétroliers et gaziers occupe une place importante dans notre combat. C’est dans ce contexte que le pouvoir a activité Franck Timis pour engager une communication dans les médias dont l’unique but est de répliquer à l’opposition très virulente dans ses critiques sur la question.

Franck Timis a insulté tous les leaders de l’opposition qui ont commis le tort de réclamer la nationalisation des 30% (600 milliards de F CFA) que l’Etat lui a frauduleusement cédés. Toujours dans leur stratégie, ils ont saisi la justice en déposant une plainte contre 11 personnalités de l’opposition et de la Société civile. Depuis près de 06 mois, nous n’avons reçu aucune convocation malgré les opérations de communication de leur avocat.

Du côté de l’Opposition, nous avons pris tout notre temps pour analyser sérieusement le dossier avec nos conseillers avocats Me Seydou Diagne, Ciré Clédor Ly, Assane Dioma Ndiaye, Moustapha Dieng, Alé Fall etc… Au cours d’une conférence durant laquelle Mamadou Lamine Diallo, actuel coordonnateur du Front, Ousmane Sonko et moi-même représentions Manko, les avocats Seydou Diagne et Ciré Clédor ont annoncé la plainte de l’Opposition contre Franck Timis, Alioune Sall et Kosmos, l’entreprise américaine. Je vous apprends que cette dernière a adressé une lettre à Mankoo pour donner sa position sur la question. Il est bien de faire ce rappel pour permettre à vos lecteurs de comprendre la situation.

Maintenant par rapport à votre question, je dis que la remarque est partagée par tous les Sénégalais. Certains leaders de Mankoo semblent éviter la question. On ignore les causes. Je sais que le pouvoir a tenté de s’approcher de certains leaders pour étouffer l’affaire. Je ne sais pas qui sont les leaders de l’Opposition approchés par l’autre camp mais j’ai été informé des tractations souterraines. Mais nous, à Jubanti Sénégal, nous allons poursuivre le combat.

D’ailleurs, nous avons contacté des avocats français pour l’ouverture d’une information judiciaire sur l’affaire. Nous allons saisir la Sherpa de l’avocat français Me William Bourdon pour traquer les délinquants impliqués dans l’affaire Pétro Tim. Nous sommes aussi entrés en contact avec Transparency International, Section Paris, pour éclairer l’affaire Pétro Tim. Nous sommes très à l’aise dans ce dossier car nous n’avons pas de deal à faire sur le dos des citoyens. Nous continuerons à parler de cette affaire. Mieux, nous allons engager des actions en justice indépendamment de celles déjà enclenchées sans suite.

Le pouvoir n’a-t-il pas aussi fait machine arrière sur ses plaintes ?

C’est ce qui m’étonne ! Du côté du pouvoir aussi, on n’en parle plus. Il y a une sorte de pacte de non-agression entre le pouvoir et certains opposants dans l’affaire Pétro Tim. Ce pacte arrange le pouvoir qui est en train de souffler. Vous avez le pétrole n’aime pas le bruit et, tant que le débat sur les contrats persistait, les entreprises étrangères allaient déserter le Sénégal. Notre pays était dans une phase de recherche très avancée et les sociétés pétrolières étaient sur le point de quitter et de tout abandonner parce que la pression de l’Opposition était très forte et l’affaire faisait le tout du monde à cause des média.

Et le pouvoir a compris que si cette affaire atterrit devant la justice, beaucoup de choses allaient être sues. Tous les contrats seraient sortis avec les noms des bénéficiaires économiques directs et les noms des actionnaires de toutes les sociétés. C’est la raison pour laquelle, le pouvoir évite de poursuivre l’action judiciaire.

Mais nous n’allons pas accepter qu’un deal soit passé sur le dos des sénégalais.

Savez-vous que notre pays exploite du pétrole depuis 1960 ? Savez-vous que le Sénégal exploite du gaz depuis 1950 selon un rapport de Cairn Energy une entreprise australienne ?

Notre pays est riche. J’ai vu les tenants du pouvoir jubiler parce qu’on a un budget de 3.000 milliards de F CFA alors que la Côte d’Ivoire a dépassé par la barre des 6.000 milliards de F CFA. Mais, en vérité, notre pays peut dépasser la barre des 3.000 milliards de budget. Nous exploitons le zircon qui est un produit stratégique, l’une des meilleures qualités dans le monde. Rien qu’en 2013, nous avons vendu 6 tonnes d’or et 40 millions de mètres cube de gaz. Et j’en passe. On ne sait pas comment cet argent est géré ?

Regardez le secteur des télécommunications avec les largesses de l’Etat en direction des opérateurs qui ont tout fait pour supprimer la surtaxe sur les appels entrants qui rapportait 60 milliards chaque année. Nous avons un problème de gouvernance dans ce pays. La mal gouvernance a atteint tous les secteurs de la vie économique.

Propos recueillis par netalli.sn

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles