Moussa Diallo, administrateur de Gim-Uemoa sur la monétique :« C’est le seul instrument pour assurer l’intégration des entreprises dans l’économie réelle »

En marge de la 5 éme édition du Salon qui se tient à Dakar depuis le jeudi 14 juillet 2016 monétique régional du groupement interbancaire monétique de l’Uemoa (Gim-Uemoa), l’administrateur ladite structure, M. Moussa Diallo estime que la monétique est le seul instrument pour intégrer les entreprises dans l’économie réelle. Le thème de ce salon est : « Le mobile money et le mobile Banking, vecteur de l’inclusion financière et de la bancarisation en Afrique : Enjeux et Perspectives ».
Selon M. Diallo, ils se réunissent à Dakar pour faire l’évaluation à la fois du chemin parcouru en matière de monétique régional, international mais aussi se poser les défis pour l’avenir. Il a tenu à préciser que Gim-Uemoa est aujourd’hui une solution appropriée, adaptée et réalisable pour l’ensemble des institutions financières et il s’inscrit à la fois dans l’objectif d’assurer la bancarisation de nos économies mais la garantie de l’inclusion financière. D’après l’administrateur de Gim-Uemoa, aujourd’hui l’Uemoa se digitalise. Il précise que les solutions monétiques doivent permettre aujourd’hui à nos économies, notamment l’économie des pays membres de l’Uemoa de renforcer et de poursuivre le chemin de la croissance.
« Vous savez que 80% des entreprises dans notre économie sont dans le secteur informel et il faut trouver les moyens pour assurer l’intégration des entreprises dans le système de production de certains cadres formalisés et cela à prés plusieurs années de réflexions, ont trouvé que la monétique est le seul instrument pour assurer l’intégration de ces entreprises dans l’économie réelle », souligne-t-il.
Selon lui le défi pour l’Afrique c’est d’assurer l’inclusion financière et on ne peut pas assurer le développement cohérent, on ne peut harmoniser le développement dans un pays si 80% des citoyens sont exclus du système financier.
Quant à M. Tiémoko Meyliet Kone, gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), il précise que les défis interpellent tous les acteurs. Selon le gouverneur de la BCEAO, l’accès aux services financiers ne se limite pas aux transferts d’argent, au payement de facture mais d’épargne. Les résultats sont en deçà de nos attentes. Cependant il y a des défis à relever.
M. Blaise Ahouantchede, directeur général de Gim-Uemoa, souligne que leur structure est une plateforme où toutes les banques sont interconnectées. Et en 2015,ils ont traités 6 millions de transactions, 500 milliards de flux.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles