Mohammad Boun Abdallah Dionne: «Les relations ACP- UE devraient s’adapter aux nouvelles réalités d’un partenariat à plusieurs dimensions »

Le Premier ministre, M. Mohammad Boun Abdallah Dionne a estimé que les relations futures entre les pays ACP et l’UE devraient s’adapter aux nouvelles réalités d’un partenariat à plusieurs dimensions .Cette déclaration du PM a été faite durant l’ouverture de la 103e session du conseil des Ministres d’Afrique-Caraïbes et du pacifique (ACP-UE) qui se tient depuis le 25 mai dans notre capitale.
« Les relations futures entre notre groupe ACP et l’UE devrait s’adapter aux nouvelles réalités d’un partenariat à plusieurs dimensions, tout en associant des acteurs multiples, dont le secteur prive qui constitue le fer de lance de la croissance de nos Etats », a martelé le Premier ministre, M. Mohammad Boun Abdallah Dionne, lors de l’ouverture officielle de la 103e session du conseil des Ministres d’Afrique-Caraïbes et du pacifique (ACP-UE).
Les pays d’Afrique-Caraïbes et du pacifique, ont décidé de prendre leur destin en main, constatant la fin des négociations pour la signature des accords de partenariat économique. Les pays ont exprimé une volonté commune d’aller plus vite dans la prise de décisions car la date du 1e octobre 2016 a été retenue par l’Union européenne pour la signature et la ratification des accords de partenariat économique. Il faut noter qu’en dehors des pays les moins avancés, tous les pays qui ne signeront pas ces accords, pourraient perdre le bénéfice d’accès aux marches européens, en francise de droits et de quota. Ainsi, le Premier Ministre a insisté auprès de l’UE sur la nécessité de prendre en charge les préoccupations de la migration. Il reste convaincu que le développement économique entre l’UE et les Etats membres des ACP ne sera que bénéfique.
« La 103e session constitue une belle opportunité à la mise en œuvre de la stratégie pour le développement économique des pays membres. Malgré le trésor d’ingéniosité, nos pays se trouvent confrontés à différentes pressions. Et, c’est le lieu d’y ressortir avec notre partenariat à l’UE. Le partenariat entre les pays ACP et l’UE réside dans la régularité des interventions qui se sont succédées au fil des années, par le biais de différents programmes indicatifs nationaux et régionaux », dira le PM. Il relève dans les pays membres, un faible développement économique, une dégradation de l’environnement et un caractère faible de notre participation au commerce mondial .Et selon lui, les gouvernements s’emploient à élaborer et, à adopter des politiques et stratégies de développement, tendant à conforter l’intégration régional.
« La rencontre de Dakar devrait permettre d’imprimer une page dans notre agenda de réexamen des relations ACP-UE qui se déroule dans un monde de plus en plus multipolaire, complexe, connecte, interdépendant et expose à de nouveaux défis en matière de sécurité. J’ose espère que le processus de ratification pourra aboutir à terme à la signature des accords », poursuit le Chef du Gouvernement qui exhorte à finaliser les discussions sur le risque de compromission de la pertinence de certaines dispositions de l’accord de Cotonou. Lesquelles dispositions, eu égard à son expiration en 2020, doit prendre en compte la durée et la révision des accords.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles