Mise en œuvre de l’agenda 2030 au Sénégal : Plaidoyer des personnes handicapées pour leur prise en compte dans les programmes

Dans le cadre de la mise en œuvre et suivi de l’agenda 2030 au Sénégal, le groupe de travail de société civile, sous la direction du CONGAD, avec l’appui de la GIZ , en partenariat avec la Fédération Sénégalaise des Associations de Personnes Handicapées et l’ONG Sightsavers, a organisé un atelier de renforcement des capacités des personnes handicapées pour l’appropriation et le suivi de l’agenda 2030.
M. Yatma Fall, président de la fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées, il avance : « Vous savez le maître mot des ODD, « C’est ne laisser personne en rade » et ce slogan a été fortement influencé par le mouvement des personnes handicapées au niveau international. Simplement parce que les OMD qui ont précédé les ODD, n’avaient pris en compte le handicap. Autrement dit donc, le leitmotiv, c’est l’inclusion. Et si on le ramène au Sénégal, j’ai rappelé que le rapport mondial sur le handicap publié par l’OMS et la banque mondiale, estime les personnes handicapées à 15,5% de la population. Et nous pensons qu’on ne peut pas envisager l’émergence du Sénégal en mettant entre parenthèses 15% de sa population .Par conséquent, il faut nécessairement mettre des politiques inclusives. C’est vrai que le programme d’action prioritaire n0 1 du PSE avait fait l’effort de mettre en place certaines politiques de prise en compte du handicap. Le rapport issu de l’atelier fera l’objet d’un plan de plaidoyer pour qu’au niveau local le handicap soit pris en compte non seulement dans la planification mais également dans le financement et dans les indicateurs de vérification parce qu’à chaque il faut vérifier : est-ce que le handicap a été pris en compte et à quel niveau ».
Quant à la directrice de Sightsavers– Sénégal et Coordinatrice du Groupe de travail des OSC sur le suivi des ODD, Mme Salimata Bocoum, avance : « Et, ce n’est que par le biais de consultations approfondies avec les institutionnels dans le processus de développement des programmes nationaux et d’une stratégie d’inclusion spécifique du handicap que les progrès seront inclusifs».
« La rencontre d’aujourd’hui marque le démarrage du projet et permet aux personnes handicapées de s’approprier l’agenda 2030 et de formuler des propositions concrètes pour une meilleure prise en compte de leurs préoccupations dans la réalisation des ODD.
Depuis des années, plus d’un milliard de personnes handicapées sont restées à l’écart des politiques et programmes de développement, simplement parce que ces individus ont été exclus des objectifs du Millénaire pour le développement. Toutefois, indique le président du Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (Congad), les discussions, contributions et négociations intergouvernementales sur le programme pour l’après-2015 ont abouti à un nouveau programme approuvé lors du sommet des chefs d’État en septembre 2015. Un second programme pour transformer notre monde à l’horizon 2030», et un troisième cherche surtout, pour la première fois, à renforcer l’autonomisation des personnes handicapées » a laissé entendre M. Amacodou Diouf, président du CONGAD.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles