Migration : Plus de 2000 personnes secourues en une seule journée, un nouveau record

Pour la seule journée du 15 février, 2164 personnes partis des côtes libyennes ont été secourues selon les services de secours italiens. Le record de migrants secourus en Méditerranée a été franchi dimanche avec plus de 2 000 personnes en une seule journée selon les services de secours italiens. Une situation largement favorisée par la situation chaotique en Libye, nous dit le site Jeune Afrique.

le chaos politique en Libye

Les traversées de la Méditerranée à partir des côtes libyennes par les migrants n’est pas une nouveauté. Mais avec la situation politique catastrophique dans le pays – qui dispose de deux gouvernements -, et les nombreux groupes armés qui y règnent, le nombre de migrants ne cesse d’augmenter.

Le 15 février, une vaste opération au large de l’île italienne de Lampedusa, à quelques dizaines de milles marins seulement des côtes libyennes, a permis de recueillir sains et saufs les 2 164 migrants à bord de douze canots de fortune : un chiffre record, alors que la moyenne journalière des derniers mois était de 400.

520 migrants se trouvaient dimanche soir à bord du bâtiment Orione de la Marine militaire italienne. Plus de 900 autres ont été récupérés par des vedettes des garde-côtes et des patrouilleurs de la police italienne, et les autres par divers cargos.

Des réseaux de passeurs armés

Les passeurs profitent du désordre institutionnel en Libye pour augmenter le trafic de migrants en direction de l’Europe, parfois avec des navires fantômes laissés à la dérive, sans personnel de navigation. Ce « business de l’immigration » devient de plus en plus structuré.

Un incident « alarmant » a été dénoncé par le ministère italien des Transports près de la côte libyenne: une vedette des garde-côtes, qui secourait le 15 février un canot rempli de migrants, a été approchée par une vedette rapide.

Quatre hommes armés de kalachnikov ont obligé sous la menace les sauveteurs italiens à leur abandonner le bateau vidé de ses occupants.

Source Jeune Afrique

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles