Météorologie, hydrologie et climat : la commission de la CEDEAO lance un appel pour un renforcement des services

La Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a appelé à un leadership énergique capable de renforcer les services météorologiques, hydrologiques et climatiques pour répondre aux aspirations de plus de 300 millions de personnes en Afrique de l’Ouest.

Cet appel a été lancé au début d’un forum régional de trois jours sur l’hydrométrie et d’une plate-forme de réduction des risques de catastrophes à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le 19 septembre 2018, par la commissaire aux affaires sociales et au genre, Fatima Jagne. Il est devenu impératif pour les dirigeants régionaux d’avoir «une attention collective indivise» à cet égard.

L’événement jumelé est organisé par la Commission de la CEDEAO en collaboration avec le gouvernement de Côte d’Ivoire, la Banque mondiale et d’autres partenaires concernés pour engendrer un environnement plus sûr et plus sain et une plus grande capacité de résilience des citoyens face aux bouleversements naturels .

La commissaire Jagne a fait valoir que l’approche collective des meilleures pratiques environnementales et des connaissances partagées doit être comprise comme un «bien public mondial» pour la gestion des risques climatiques, l’adaptation au climat et la gestion des risques de catastrophe.

Tous les efforts, a-t-elle noté, devraient être faits pour mieux coordonner et intégrer l’impact souhaité de la construction et du renforcement de la résilience des nations et des communautés aux événements extrêmes et aux catastrophes déclenchés par le changement climatique.

Mme Jagne a été soutenue lors du forum par son homologue en charge de l’agriculture, de l’eau et de l’environnement, le commissaire Sékou Sangaré, qui s’est engagé à faire de son mieux pour relever les défis des services hydrométriques.

En outre, le Commissaire Jagne a estimé que pour que la vulnérabilité dominante ne constitue pas une menace majeure pour la croissance et compromette les récents acquis économiques, il faut renforcer les capacités de coordination, de planification et de conseil des politiques des communautés économiques régionales et des États membres africains .

Selon elle, le défi des ressources limitées dont disposent les États membres est encore aggravé par l’absence de données et d’informations adéquates et fiables sur les catastrophes et le climat en temps réel et leur intégration effective dans les stratégies d’investissement systèmes »

Pour sortir de la période sombre, Jagne a recommandé, au nom du président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, la modernisation et l’amélioration des services hydrologiques et métrologiques dans les États membres de la Communauté régionale pour mener des solutions innovantes et adaptées aux défis identifiés.

Des dignitaires, des experts et des responsables d’institutions ont également participé à la cérémonie d’ouverture pour informer les participants de l’état des lieux. M. Pierre Laporte, Directeur de la Banque mondiale en charge de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Burkina Faso, de la Guinée et du Togo, a prévenu qu’en 2010, plus de 180 millions de personnes en Afrique seraient victimes de catastrophes. des millions d’entre eux vivent déjà dans des zones à risque.

Exhortant à une revue des services d’hydrométrie sur le continent, il a révélé que les 54 centres d’hydromets qui fonctionnent actuellement sont sous-financés par des installations en détérioration. Le scénario, a-t-il souligné, exige une modernisation des systèmes hydrométriques tout en accordant la priorité au renforcement des capacités des services d’hydromet dans le cadre du changement de paradigme.

De son côté, le directeur du changement climatique et de la croissance verte de la Banque africaine de développement (BAD), le Dr Antony Nyong, a déclaré aux participants que si les gouvernements nationaux et la communauté régionale ne Il faut prévoir de faire faillite ». Il a déclaré que c’était pour cela, entre autres raisons que la banque a investi 30 millions de dollars dans le renforcement des cinq centres climatologiques régionaux du continent.

Déclarant le forum ouvert, le ministre ivoirien des transports, Amadou Kone, représenté par le directeur du cabinet Soro Bakari, a appelé à une consolidation des efforts actuels visant à améliorer les services d’hydromet dans la région.

Le forum comprenait des sessions de haut niveau, des présentations, des tables rondes et des présentations techniques sur des thèmes pertinents pour les objectifs de l’exercice

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles