MENACES SUR L’ÉCOSYSTÈME : Disparition de 64 % des zones humides en un siècle

La capitale sénégalaise, Dakar, abrite une semaine (26 février-2 mars 2018) la réunion africaine préparatoire à la 13ème session de la Conférence des parties contractantes à la convention de Ramsar (Cop 13), qui aura lieu à Dubaï en octobre 2018. C’est une occasion saisie par Mame Thierno Dieng, ministre de l’Environnement pour alerter sur les menaces qui pèsent sur l’écosystème avec la disparition des zones humides.

Les zones humides sont fortement menacées du fait des pressions qu’elles subissent et qui risquent de s’accentuer au cours des prochaines décennies, en raison notamment de l’augmentation des besoins de consommation en eau dans le monde, de la modification ainsi que de la perte des habitats induits par certains types d’aménagement ou de valorisation hydro-agricole et des perturbations issues des changements climatiques.

Cette situation, suscite aujourd’hui beaucoup de réflexions sur l’avenir de ces zones pour essayer de les préserver. C’est ce qui motive depuis hier et pour une semaine (26 février-2mars 2018) à Dakar, capitale sénégalaise, la tenue d’une réunion africaine préparatoire à la 13ème session de la Conférence des parties contractantes à la convention de Ramsar (Cop 13), qui aura lieu du 21 au 29 octobre 2018, à Dubaï, aux Émirats Arabes à Dubaï, présidant la cérémonie d’ouverture à cette importante rencontre, Mame Thierno Dieng, ministre de l’Environnement et du Développement Durable, a révélé que d’après les dernières estimations, 64% des zones humides mondiales ont disparu en l’espace d’un siècle.
« La gestion et l’utilisation rationnelle des zones humides dans toutes les régions du monde et, plus particulièrement en Afrique, sont des facteurs déterminant pour la réussite de la lutte contre la pauvreté et de la réalisation du développement durable. Raison pour laquelle, nous devons réfléchir grandement pour trouver des solutions à ce fléau », souligne-t-il, tout en faisant part que la problématique de la gestion durable de ces zones renvoie à trois enjeux majeurs.

Pour Martha Rojas Urrego, Secrétaire générale de la Convention Ramsar sur les zones humides, les travaux de la présente réunion africaine préparatoire à la Cop 13, vont permettre dévaluer la pertinence des projets suivant la mission de la convention et l’application du Plan stratégique Ramsar 2016-2024, en tenant compte des Objectifs de développement durable (Odd). Selon elle, la réunion est tenue à un moment d’urgence où les zones humides sont très menacées durant les derniers 40 ans. Raison pour laquelle, elle appelle à intégrer les plans nationaux dans les Odd.
Les représentants des parties de 45 pays africains sur les 50 sont présents à ce rendez-vous de Dakar.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles