Mauritanie: Appel urgent visant à soutenir des veuves et orphelins qui seraient détenus illégalement.

Il est inadmissible que des fonctionnaires se livrent à des séances de tortures, suivies par des arrestations arbitraires de veuves et orphelins publiquement, devant le cortège présidentiel parce qu’ils demandent le jugement d’assassins de leurs maris et pères, pendus le 28 novembre 1990 pour « fêter l’indépendance » d’une république islamique.

Il est temps de faire cesser l’impunité à tous les niveaux. Ce qui est bizarre, c’est  le silence de Mme Hindou Gueye au poste de Secrétaire Générale du Mécanisme National de Prévention de la Torture (MNPT) dont le père, feu Tène Youssouf Gueye fut torturé et assassiné dans la prison de Walata.

Pour un petit salaire ou histoire de faire carrière, a-t-elle acceptée de s’asseoir sur l’âme de son père qui a tant souffert avant sa mort? Pire, personne ne sait où repose, enterré son père sans sépulture sur le territoire mauritanien, est-ce que normal ça ? L’immoralité au summum de son état.

Nous exigeons la libération des veuves et orphelins, détenus illégalement à Kaédi depuis le 28 novembre 2017. Il s’agit de :

Maïmouna Alpha Sy – Secrétaire Générale du Collectif des veuves

Aissata Alassane Diallo – membre du collectif des veuves

Salamata Demba Gaye – membre du collectif des veuves

Bocar Gueye – membre du Collectif des Victimes Civiles et Militaires (COVICIM)

Moussa Sarr – membre du Collectif des Victimes Civiles et Militaires (COVICIM)

Quand on demande le jugement de criminels qui ont commis des crimes horribles, ils nous chantent le pardon pendant qu’ils condamnent à mort des citoyens qu’ils accusent grossièrement d’apostat et blasphème en les refusant le droit de la repentance et bien évidement le pardon prescrit selon la charia islamique. Ou-va-t-on avec de tels délires manifestes ???

Nous rappelons aux lecteurs et lectrices que des militants abolitionnistes, l’ONG IRA-Mauritanie croupissent dans une prison à Birmoghrein (1200KM) de Nouakchott, qui ont été sauvagement torturés, M. Moussa Bilal Biram et Abdallahi Matallah Saleck pour avoir juste dénoncé et refusé l’esclavage. A noter que le régime de Nouakchott considère les militants des droits humains comme des bandits, terroristes criminels à la solde d’occidentaux mécréants et Juifs.

Diko Hanoune

Militant Abolitionniste Mauritanien

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles