Marre de voir sa fiancée harcelée Un « Ibadou » photographie sa copine « Ibadou » en pleins ébats avec un client

Qui l’aurait cru ? Un ‘’ibadou’’ qui photographie sa fiancée avec un autre homme en pleins ébats sexuels pour ensuite publier les images sur le Net. L’histoire paraît incroyable.

Mais pour Mor Ndao, jeune cadre dans une société de la place, cela en valait le coup. Son but était bien déterminé : faire chanter Amadou Mboup afin qu’il laisse sa promise en paix.

Faisant fi des mesures récemment prises par le président de la République Macky Sall sur de pareils faits, ‘’l’ibabou’’ n’a pas hésité à passer à l’acte. Hier, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, il a comparu pour les chefs de prévention de collecte et de diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs et coups et blessures volontaires, au moment où l’étudiante Arame Thiam a été traduite devant ladite juridiction pour complicité de ces délits.

Tout est parti d’une affaire de contrebande au Mali. La grande sœur de la prévenue y a été interpellée pour cette infraction. Pour la faire libérer, Arame Thiam devait payer une rançon d’un montant de plus d’un million de F CFA. N’ayant pas de travail, encore moins de soutien financier, la dame décide de s’en ouvrir à une de ses amies.

Cette dernière, en mauvaise conseillère, lui fait visiter le site ‘’Neexna.com’’. Avant de l’inscrire dans ce groupe pour y rencontrer des clients susceptibles de lui faire gagner beaucoup d’argent, en un laps de temps. Mère de deux enfants, Arame Thiam entre dans le milieu des prostituées.

Elle y fait la connaissance d’Amadou Mboup, un homme marié qui n’hésitait jamais à faire le déplacement de Dakar à Touba, lorsque l’étudiante y séjournait, moyennant la somme de 30 000 F CFA la passe.

Ayant fini de réunir l’argent réclamé pour le paiement de l’amende, Arame Thiam arrête de se prostituer. Ensuite, nourrissant de profonds regrets, elle prend le voile et devient ‘ibadou’. Elle fait ensuite la rencontre de Mor Ndao, un homme marié et ‘ibadou’ de surcroît qui lui promet le mariage. Mais Amadou Mboup ne lâche pas prise. Il fait des mains et des pieds pour obtenir le numéro de téléphone d’Arame Thiam, par l’entremise d’une copine de l’étudiante. Mieux, il crée un compte Facebook pour entrer en contact avec la jeune dame et se met à la suivre partout. Fatiguée, elle se confie à son futur mari.

D’un commun accord, ils décident de lui tendre un piège. Mor Ndao est chargé de photographier sa fiancée et son client en plein ébats. Ce qui est fait. Ensuite, les deux tourtereaux menacent le sieur Mboup de diffuser les photos à caractère pornographique, s’il ne laisse pas en paix Arame.

Le prévenu : ‘’Je ne voulais plus qu’il s’approche de ma fiancée’’

Après de nombreuses menaces et la diffusion de certaines photos sur les réseaux sociaux, Amadou a intenté une action en justice contre les futurs mariés avec des preuves à l’appui. Ensuite, craignant pour sa réputation, il s’est désisté. Mais la procédure a suivi son cours. Face au juge des flagrants délits, le couple n’a pas cherché à nier les faits.

Le jeune cadre, avec sa barbe bien fournie, a confessé : ‘’Je reconnais avoir pris ces photos. Je voulais faire chanter la partie civile, afin qu’elle ne s’approche plus de ma fiancée. C’était juste pour lui faire peur. Toutefois, nous n’avons porté aucun coup sur lui et nous ne l’avons pas forcé à se soumettre à cette séance de photos.’’ ‘’Je n’ai pas proféré de menaces à son encontre’’, a-t-il ajouté.

Arame Thiam a abondé dans le même sens, tout en essayant de disculper son amoureux. « Tout est de ma faute. J’ai envoyé un message à mon fiancé pour qu’il vienne me retrouver au lieu indiqué. Je voulais qu’Amadou Mboup me laisse tranquille. Après cela, je lui ai fait savoir que j’allais divulguer les images obscènes et l’amener à l’émission ‘’Teuss’’ sur Zik Fm pour me libérer ».

Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public a affirmé qu’un témoin, entendu dans ce dossier lors de l’enquête préliminaire, a déclaré que le prévenu n’a pas donné de coups ayant causé des blessures au plaignant. Ainsi, il a demandé au tribunal de les relaxer de ce délit.

Toutefois, le parquet a requis une peine d’emprisonnement d’un mois et une amende d’un million de F CFA pour collecte et diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs contre Mor Ndao et complicité à l’encontre d’Arame Thiam. A l’en croire, les faits sont constants car les images ont été publiées.

Assurant la défense des prévenus, Me Bamba Cissé a sollicité une application bienveillante de la loi pénale pour leur tendre la perche. Dans la foulée, il a révèle que la grossesse de l’épouse du sieur Ndao sera bientôt à terme. Et a demandé au juge de prendre acte du désistement de la partie civile.

Le tribunal va rendre son délibéré, ce vendredi.

Source enqueteplus.com

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles