MARCHE FINANCIER REGIONAL DE L’UEMOA : LA BRVM ENGAGEE POUR LA PROMOTION DU GENRE

Un communiqué renseigne que la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l’UEMOA (BRVM) a célébré à Abidjan -Côte d’Ivoire, les femmes acteurs du marché financier de l’UEMOA en faisant sonner sa cloche pour l’égalité des genres (Ring the Bell for Gender Equality) sous la Présidence de Mme Nialé KABA, Ministre ivoirien du Plan et du Développement. Cette cérémonie s’est tenue en marge de la Journée Internationale de la Femme.

« Cette initiative de l’UN Global Compact, du Sustainable Stock Exchanges Initiative, de l’ONUFEMMES, de I’IFC et du WFE exhorte les places boursières à travers le monde à faire retentir leurs cloches à l’ouverture ou à la clôture de la journée de cotation en vue d’une meilleure sensibilisation des acteurs des marchés financiers sur l’égalité HOMME – FEMME, sur le potentiel économique des femmes et l’importance de leur action dans la finance », renseigne la source.
Elle précise que cette année, la BRVM a choisi de célébrer cette cérémonie avec les femmes acteurs du marché financier régional de l’UEMOA en faisant sonner sa cloche à l’ouverture de la journée de cotation du 10 mars 2017.

Toujours d’après la source, à cette occasion, Dr. Edoh Kossi AMENOUNVE, Directeur Général de la BRVM et du DC/BR a indiqué que « la BRVM entend œuvrer au cours des prochaines années au renforcement du genre dans ses organes et effectifs et promouvoir les structures gérées par les femmes comme le Women Investment Club (WIC), le premier club d’investissement uniquement constitué de femmes créé en 2015 à Dakar».
D’après le document, quant à Madame Kadi FADIKA-COULIBALY, Présidente de l’Association Professionnelle des Sociétés de Gestion et d’Intermédiation (APSGI), elle a estimé que face au plafond de verre encore perceptible dans la promotion de la femme, « Le changement ne viendra pas de lui-même » avant d’ajouter : « qu’une planification efficace permettra d’intégrer les éléments nécessaires à l’autonomisation des femmes et à leur plus grande implication dans le tissu économique. La sensibilisation doit être continue et soutenue pour changer l’idée que les femmes qui réussissent professionnellement doivent choisir entre une vie de famille et de mère et une carrière réussie ».
Elle a plaidé pour que certains avantages soient accordés aux entreprises qui pratiquent la parité du genre et pour que les femmes soient soutenues dans la prise en charge de l’éducation de leurs enfants en professionnalisant les aides à domicile et les garderies d’après le document.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles