Marché central au poisson de Pikine : Une plainte du directeur général contre des jeunes collecteurs de recettes

En marge de la cérémonie de don de sang organisée par la direction du marché central au poisson de Pikine, le directeur général de ladite structure, M. Abou Mbaye a annoncé qu’il a déposé une plainte contre des jeunes qui étaient chargés de collecter les recettes dans le marché. Ces jeunes au nombre de 6, affectés dans les services de sécurité des lieux, ont bloqué la collecte de recettes, ce qui a poussé M. Mbaye à déposer une plainte contre eux. Le Directeur général du marché estime que si ces jeunes ne se conforment pas aux règles, il n’exclut pas de les renvoyer.

D’après le directeur général du marché central au poisson, M. Abou Mbaye, à son arrivée au niveau du Marché central au poisson, tout le monde est quasi sûr et certain que ce marché était voué à l’agonie. Et le personnel n’était pas payé, il y avait des arriérés de salaire. Il estime que personne ne respectait plus le marché qui était sale, désorganisé. Et aujourd’hui, sans accompagnement de l’Etat, ils ont tout simplement pris l’argent du marché pour le remettre dans le marché.

«Des gens qui étaient là, qui bénéficiaient du marché. En ce moment l’heure de la transparence a sonné au Marché central au poisson. S’il y a un groupe de quelques jeunes qui auparavant avaient les responsabilités de gérer les collectes, les recettes. Quand je suis venu, je ne peux pas avoir confiance à ces gens-là et je les ai changé, je les ai mis dans d’autres postes comme la sécurité. Mais apparemment, il y a un problème parce que ces jeunes ne veulent plus de ces postes-là. Ils veulent coûte que coûte avoir les recettes. Evidemment, l’argent du marché allait dans les poches .Et aujourd’hui à mon arrivée, tout le monde sait que j’ai multiplié les recettes du Marché au poisson de Pikine et que tout maintenant, l’argent du marché revient au marché », laisse entendre M. Abou Mbaye.

Et M. Mbaye de rajouter : « Je suis persuadé d’ailleurs qu’il y a des gens tapis dans l’ombre derrière ces jeunes-là; mais ils ne pas courageux car ces jeunes ont des familles et doivent travailler pour gagner leur salaire à la sueur de leur front ».
Pour ce qui est de la diminution des salaires, le directeur estime que les salaires étaient disproportionnés. Et des gens qui n’avaient pas de compétence, pas de diplômes, avaient des salaires élevés.
Cependant M. Mbaye précise que des gens avec des Bac +2, avaient des salaires de 45000 et 50 000 F Cfa, cela n’a pas de sens. Et pour apporter des correctifs, le DG souligne qu’il a aligné les salaires, en les ajustant afin que tout le monde puisse bénéficier de l’argent du marché.
« L’affaire a atterri à la police parce que nous ne sommes pas là pour s’amuser mais plutôt pour faire émerger ce pays-là. On est là pour réorganiser le marché central au poisson. Je rappelle, il y a peu de temps, en toute transparence, j’ai donné instruction à ma responsable administrative pour l’élection des délégués. Ainsi chaque service a proposé un délégué et ils ont formé leur bureau. Suite à cela, 5 à 6 jeunes qui ne sont pas délégués du personnel ne peuvent pas se réveiller pour bloquer les recettes du Marché en toute responsabilité. Pour cela, j’étais obligé de prendre ma responsabilité pour leur montrer que le Marché central au poisson, c’est une autre vision, une démarche d’équité, de transparence surtout de sureté », dira M. Abou Mbaye.
Concernant le don de sang, il souligne que c’est une activité pour répondre à l’appel du chef de l’Etat qui avait instruit à l’ensemble des forces vives de la nation de participer naturellement pour apporter une contribution en termes de sang dont on avait un déficit. Et leur objectif était destiné à 300 poches mais il y a une moyenne de 150 poches mais il pense que ça peut être largement dépassé de 200 poches de sang.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles