Mamadou Racine Sy : « Le tourisme n’a pas à se plaindre de la volonté politique du chef de l’Etat de nous accompagner »

En marge de la cérémonie de signature des premières conventions du crédit hôtelier et touristique (CHT) avec les premiers bénéficiaires, organisés par le ministère du Tourisme et des Transports aériens (MTTA), M. Mamadou Racine Sy, secrétaire général de la fédération des organisations patronales de l’industrie touristique, estime que le tourisme n’a pas à se plaindre de la volonté politique du Chef de l’Etat de les accompagner.

« Nous souhaitons le renforcement de ce fonds parce qu’avec 2 milliards 500 millions, on ne va pas loin. On nous avait promis 5 milliards mais pour des contraintes budgétaires, ce n’est pas le cas. Il faut dire que le tourisme n’a pas à se plaindre de la volonté politique du chef de l’Etat de nous accompagner par la réduction des taxes, par l’exonération fiscale, par la suppression du visa », souligne M. Mamadou Racine Sy.

Selon M. Sy, ce crédit hôtelier vient en son heure et qu’il espère que les premiers bénéficiaires sauront utiliser de manière efficiente ces crédits qui sont mis à leur disposition.

Et M. Sy de rajouter : « Ces crédits sont faits pour être remboursés. Il ne s’agit pas d’un don qui est fait de manière directe ou indirecte, non, il s’agit de donner l’exemple. Ceux qui, aujourd’hui reçoivent ces prêts doivent tout faire pour les honorer. Il ne s’agit pas de considérer que c’est de l’argent qu’on reçoit et que ça vient de l’Etat et ce n’est pas destiné à payer, non. Ce serait jeter le discrédit sur notre profession et ça, nous ne pouvons pas l’accepter et donc il y a un véritable challenger qui se pose au niveau des bénéficiaires, c’est de respecter les engagements qui ont été librement souscrits ».

M. Sy  estime que le comité de gestion du crédit hôtelier doit faire en sorte de faciliter le crédit aux opérateurs touristiques qui en ont besoin. Et il doit faire en sorte que des supers garanties ne soient pas demandées aux gens.

« On ne peut pas demander aux gens et un apport de 10% et une hypothèque. Cet outil n’aura de sens que si on facilite l’accès aux crédits. Vous êtes une banque d’accompagnement, ce n’est pas votre argent mais c’est l’argent de l’Etat. Donc il est important que vous puissiez faciliter les choses à nos opérateurs », note-t-il.

La Secrétaire générale du ministère du Tourisme, avance : « Le crédit hôtelier et touristique, a pour objectif de mieux valoriser le potentiel des localités du Sénégal à travers le relèvement des niveaux de qualité des services et la mise en place de nouveaux produits adaptés aux nouvelles réalités économiques. Ce qui nous permettra à termes de renforcer Dakar comme une ville de tourisme d’affaire , pour soutenir la requalification du site de Saly et sur la petite côte, de développer l’offre de services dans l’écotourisme au Delta du Saloum et dans le Sénégal Oriental, d’appuyer la relance des activités économiques touristiques en Casamance à travers la redynamisation des réceptifs de la station de Cap-skiring et des autres localités. Le crédit hôtelier touristique constitue un instrument qui vient à son heure pour répondre aux besoins actuels du tourisme sénégalais. De fait il va fortement contribuer à l’amélioration de l’offre touristique du pays ».

Rappelons que pour cette première signature de conventions, 16 bénéficiaires de 10 régions et départements, ont reçu leur financement pour un montant global de  1. 309.180.249 F CFA. Il s’agit de Vélingara (1), Kédougou (2), Tambacounda (1), Saly Portugal (3), Fatick (1), Dakar (4), Somone (1), Lac Rose (1), Cap Skiring (1) et Ziguinchor (1).Et  d’autres cérémonies du genre, seront organisées progressivement tout au long de cette année courante.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles