Mamadou Djigo, DG de l’ANAT : « Il faut mettre en place une zone industrielle artisanale qui va faire de l’exploitation des peaux à Touba »

En marge du petit déjeuner stratégique organisé par l’agence Intermédia, éditrice de Financial Afrik sur le thème : « La création d’emploi dans les différents territoires du Sénégal », M. Mamadou Djigo, directeur général de l’Agence Nationale d’Aménagement du Territoire a révélé que la ville de Touba dispose de beaux de peaux et il faut mettre en place une zone industrielle artisanale pour l’exploitation.

« Il faut identifier l’ensemble des ressources, les exploiter de façon très intelligente et de façon durable aussi, c’est ce qu’on est en train de faire, apporter l’emploi pour les jeunes, apporter des ressources pour les collectivités territoriales. On consomme énormément de produits dérivés de peaux alors que nous avons la ressource qui est disponible au niveau de Touba, il faut mettre en place une zone industrielle artisanale qui va faire de l’exploitation de façon intelligente pour les peaux et cuire enfin d’inscrire aux sénégalais les chaussures que nous portons, les ceintures que nous portons, les sacs de femmes, le cuire que nous mettons dans nos meubles et tout cela, c’est l’idée d’un parc industriel artisanal spécial que nous voulons mettre en place un peu partout dans le territoire », a laissé entendre M. Mamadou Djigo, directeur général de l’Agence Nationale d’Aménagement du Territoire .
Selon M. Djigo , chaque territoire a sa ressource et ils veulent industrialiser, moderniser, innover selon ces ressources. Et selon lui, c’est ce qui va aider le Sénégal d’avoir le plein emploi.
Et le directeur de l’ANAT de préciser : « Nous avons réalisé les 80% des travaux au plan. Le Sénégal va être un pays producteur de pétrole et de gaz, ce qui va faciliter les territoires d’être dotés suffisamment d’énergie pour permettre au secteur privé et aux sénégalais de l’extérieur, aux petits producteurs de devenir des industriels le plus rapidement possible ».
Il a tenu à préciser que nous consommons énormément de produits qu’on peut fabriquer dans notre pays. Il a donné l’exemple du cure dent qu’on peut fabriquer car il note que la Casamance dispose de la ressource et il en est de même pour les Cardenas et consort. D’après lui, notre économie est extravertie et le développement territorial met l’accent sur la ressource. Il souligne que notre pays a un secteur privé très faible.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles