Mali : Le FMI délivre un satisfecit aux autorités à l’issue du dixième examen de la FEC

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Boriana Yontcheva, s’est rendue à Bamako du 24 octobre au 3 novembre pour mener des discussions sur le dixième examen du programme économique et financier du Mali soutenu par le FMI dans le cadre de la facilité de crédit élargie (FEC).

«La croissance du PIB en 2018 est soutenue par une production agricole solide et devrait rester robuste à environ 5%. L’inflation projetée devrait se situer à environ 1,9%, en deçà du plafond régional.

«La mise en œuvre du programme pour le premier semestre de 2018 a été globalement satisfaisante. La plupart des objectifs de performance quantitatifs à fin juin 2018 ont été atteints. L’important déficit des recettes intérieures a été compensé par une réduction des dépenses publiques, les autorités ayant atteint de manière louable leur objectif de déficit. Les recettes fiscales devraient être inférieures de 1% du PIB à l’objectif gouvernemental de décembre 2018 », nous informe le FMI.

Outre la mise en œuvre de mesures correctives dans l’administration fiscale afin de redresser les recettes, les autorités prévoient également de réduire considérablement les dépenses d’investissement financées par des ressources beaucoup moins importantes et les dépenses courantes non salariales afin d’atteindre l’objectif de déficit de 2018.

Plusieurs réformes structurelles ont été mises en œuvre, notamment en ce qui concerne l’amélioration de la gouvernance, l’objectif de transmission des déclarations de patrimoine par les hauts fonctionnaires a été largement atteint. Cependant, la formule du prix du pétrole n’a pas été systématiquement appliquée et la réforme visant à relever le seuil d’éligibilité des investissements bénéficiant d’exonérations fiscales a été retardée.

«Le projet de budget 2019 va dans le sens de l’objectif de 3% du PIB fixé par l’UEMOA en matière de déficit budgétaire. Pour atteindre cet objectif, il faudra renforcer la collecte des recettes dans un contexte de persistance des prix du pétrole et de conditions de sécurité difficiles.

«À moyen terme, les autorités sont encouragées à redoubler d’efforts pour créer un espace pour les investissements dans les infrastructures et les dépenses sociales. Cela nécessitera la mise en œuvre résolue de réformes pour améliorer l’administration fiscale, améliorer l’efficacité de la fiscalité du secteur minier et accroître les recettes tirées des produits pétroliers, ainsi que la gestion des finances publiques, notamment grâce à des investissements publics plus efficaces et à une gestion plus efficace de la dette.  »

«Les autorités maliennes et les services du FMI sont parvenus à un accord concernant la dixième révision au titre de la FEC, sous réserve de l’approbation de la direction et du conseil d’administration du FMI. Le Conseil d’administration du FMI devrait procéder à son examen en décembre 2018 », selon , Mme Yontcheva

.

L’équipe a rencontré SE le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, le Premier ministre, M. Soumeylou Boubèye Maïga, le ministre de l’Économie et des Finances, M. Boubou Cissé, ainsi que d’autres membres du gouvernement, le directeur national de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest, M. Konzo Traoré, de hauts responsables gouvernementaux, des syndicats, des organisations de la société civile, des représentants du secteur privé et des partenaires de développement.

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles