Mali : la CEDEAO présente à la 1ière réunion du comité de pilotage et de suivi du mécanisme national d’alerte rapide et de réaction aux risques de sécurité

Le Comité de pilotage et de suivi du mécanisme national d’alerte précoce et de réaction au Mali a tenu sa première réunion le 17 septembre 2019 à Bamako.

La première réunion du Comité de suivi et de direction avait pour objectif de définir le cadre institutionnel de l’organe et d’approuver son programme d’activités et son budget de fonctionnement pour 2020, nous dit le communiqué reçu.

La réunion était présidée par  M. Boubou Cissé, Premier ministre de la République du Mali. La délégation de la Commission de la CEDEAO, présidée par la vice-présidente Finda Koroma, était composée du Commissaire à la promotion de l’industrie et du secteur privé, Mamadou Traoré, du Représentant résident de la CEDEAO au Mali, du Professeur Hamidou Boly et du Directeur de l’alerte précoce, M. Lat Gueye.

D’après le document, dans sa déclaration, la vice-présidente, au nom du président de la Commission, H.E. Jean-Claude Kassi Brou, a souligné l’importance du mécanisme d’alerte précoce pour la Commission de la CEDEAO et a réaffirmé le soutien de l’organisation aux efforts des chefs d’État de la région visant à réduire les menaces à la sécurité humaine.

Elle dit espérer  qu’à terme, la CEDEAO s’appuierait sur un réseau de centres nationaux équipés de manière adéquate pour prévenir et combattre les menaces, voire les atténuer pour mieux faire face aux problèmes d’insécurité dans la région. IL. Mme Finda Koroma a également réitéré l’engagement de la Commission de la CEDEAO à aider les États membres à garantir la paix et la sécurité dans la région, par le biais d’un mécanisme d’alerte rapide robuste.

Par la suite, le Premier ministre a salué la mise en place du mécanisme d’alerte précoce et de réaction au Mali et a remercié la CEDEAO pour son soutien continu. Il a souligné l’importance de cet outil aux niveaux national et régional et sa contribution au renforcement des capacités des États membres en matière de prévention et de gestion des crises.

Boubou Cissé a également encouragé le Centre national d’alerte précoce à élaborer un cadre de collaboration avec d’autres institutions de l’État, les autorités locales et les organisations de la société civile en matière de collecte, d’analyse et de diffusion d’informations. Il a notamment exhorté le Centre national d’alerte précoce à mobiliser des ressources auprès des partenaires financiers et à nouer des partenariats techniques.

Plusieurs ministres maliens, membres du Comité national du mécanisme d’alerte précoce, composé des ministres de la Défense, de la Santé, de l’Intégration africaine, de l’Environnement, de la Réforme institutionnelle et du Secrétaire général du gouvernement, ont assisté à la réunion.

Le centre national d’alerte précoce du Mali est le premier centre national à être créé au niveau régional. Il a été officiellement lancé le 14 octobre 2017 par H.E. Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République du Mali, en présence de H.E. Faure Gnassingbe, président de la République togolaise, puis président de l’autorité des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles