Macron à Dakar : le peuple a le droit et la liberté d’exprimer son mécontentement…

Avant toute chose, le développement doit passer par le respect des cultures traditionnelles et religieuses des peuples. Ceux qui prétendent apporter un développement éducatif et social en nourrissant l’idée de la pensée dominante sont des gens qui dévalorisent un héritage fondé par l’enseignement des anciens et des guides religieux.

Le président Macron sera à Dakar du 1 au 3 février il sera en compagnie de la chanteuse Rihanna qui fait beaucoup parler d’elle puisque qu’elle veut profiter de cette visite sous le thème de l’éducation et développement pour promouvoir sa fondation.

Le président français qui sera accueilli par Macky Sall évitera cette fois le comportement de maître devant son serviteur comme quand il a reçu ses hôtes dans son jardin à l’Elysée.

Au sommet sur le climat à Paris Macron a reçu la visite des chefs d’Etats africains en essayant de se dévêtir de l’héritage de ses prédécesseurs qui consistait à chaque visite de chefs d’État africains l’Elysée de dérouler le tapis rouge.

Pour la plupart, ils ont étés humiliés en étant accueilli par le chef de l’Etat français en compagnie de son chien sur le jardin de l’Élysée un signal ou un manque de considération.

Et récemment c’était autour du président Trump qui a tenu des propos insultants sur les dirigeants africains en dénigrant leur politique sociale et économique par la vague d’immigration clandestine qui part de l’Afrique pour « l’eldorado américain ».

Si Macron mène la France dans une politique de dépendance en violation des droits et libertés démocratique en Afrique, il sera aussi responsable que ses prédécesseurs des situations de crises permanentes dans le continent.

Pour éviter cette situation le président français doit prendre ses distances avec les régimes autoritaires qui ne respectent pas les libertés des peuples et au Sénégal la situation est alarmante sur la violation des droits et libertés alors que les élections présidentielles doivent se tenir dans moins d’un an.

Le président Macron doit tenir compte de ce manquement  de transparence électorale et l’inscrire dans son agenda politique durant son séjour à Dakar. C’est peut être productif le sommet sur l’éducation avec son lot de personnalités mais ce n’est pas l’essentiel quand il y’a un gros problème de transparence électoral et des milliers de sénégalais n’ont toujours pas reçus leur carte pour voter en toute transparence c’est pourquoi le peuple a le droit et la liberté d’exprimer son mécontentement.

Jon Birahim

Cadre libéral Paris.

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles