Macky SALL et le Sénégal doivent être préservés des manigances

Introduction générale

« Il n’est plus de nos jours ni bonne foi, ni loyauté, tout est ruse et fausseté. ». Cette maxime sied certainement à merveille à ceux qui veulent faire de son excellence Macky SALL le parrain des « journées culturelles ».

Selon l’UNESCO, le réfèrent mondial en la matière, « La culture, dans son sens le plus large, est considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. ». Par ailleurs, les sociologues s’accordent que la culture, plus que toute autre chose, est ce qui « soude » les individus d’un groupe social. De façon pragmatique, la culture est exercée pour découvrir et faire découvrir les dimensions éducative, sociale, spirituelle d’une société afin de mieux appréhender les modes d’expression, de communication et d’existence de ladite société.

Si la culture est cette chose qui unit et fédère une communauté, pourquoi des journées culturelles devraient alors diviser une communauté donnée ? Hélas ! Cette vérité est celle de notre association transnationale reconnue aux USA depuis 1991 et qui s’est longtemps exercée dans l’unité des cœurs et des esprits.

Imaginée en 1989, l’association Pulaar Speaking dont il est question ici, a pour mission fondamentale de promouvoir la culture peulh et de créer et renforcer la solidarite au sein de la communauté peulh et, au-delà lancer un partenariat avec toutes les communautés africaines. C’est ce qui explique d’ailleurs que le Pulaar Speaking compte en son sein nos frères wolofs, soninkés, des peulhs de guinée, du Mali et même les fameux serers ! L’esprit de solidarité, de fraternité et d’ouverture inscrits dans les motifs de sa création par les pionniers, ont emmené l’état de New-York à la reconnaitre en 1990 sous la section 501(3).

Il faut pour cela rendre un vibrant hommage aux fondateurs dont, plusieurs ne savaient ni lire et écrire le Français ou l’anglais. Ils étaient venus du Sénégal et de la Mauritanie et leur seule préoccupation était de créer un outil organisationnel qui perpétuerait durablement la convivialité, les liens de sang mais aussi la démocratie jadis inventée par leurs ancêtres précurseurs de la révolution Torodo de Souleymani Bal. Seulement voilà, la politique politicienne qui gangrène le Sénégal et la Mauritanie est importée ici et elle affecte terriblement toutes les instances de notre association. En effet des faiseurs de politique sont en train de créer un climat nuisible qui risque d’entamer la cohésion et l’intégrité de l’association utilisée a des fins de politique politicienne. L’objectif de la presente contribution est double est double : Informer les plus autres autorités sénégalaises sur les manigances perpétrées qui associent son excellence, et ensuite sensibiliser sur les risques d’implosion encourus notre association apolitique et non lucrative régit par une loi de l’état de New-York et ce, depuis 25 ans.

  1. Développement

Dans les lignes qui suivent, nous vous livrerons les preuves du detournement d’objectifs mais aussi les preuves des abus de confiance passible de poursuite fomentés par des sénégalais et des mauritaniens peulhs qui veulent se servir de l’association et de ses milliers de membres pris pour des vaches à lait. Le patronage proposé est une manigance pernicieuse dont l’objectif est d’associer le nom d’un respectable président a des « journées culturelles » controversées. Cette manigance est fomentée par le bureau de la section new-yorkaise de Pulaar Speaking et le bureau fédéral. Elle vise à assouvir un appétit gargantuesque de personnes errantes et transhumantes qui n’ont jamais eu de principes si ce n’est leurs besoins privés. En effet, il faut dire ici sans hésitation que la section New-Yorkaise de Pulaar Speaking n’a pas soumis aux instances de l’association la question du parrainage des journées culturelles.

Aucune instance de l’association n’a été saisie encore moins informée (Assemblée générale, Comité directeur). Or, en l’espèce, l’implication des instances est obligatoire, compte tenu de l’importance des personnalités invitées et du budget alloué aux journees en question soit 23000$ soit 13.000.000 de FCFA (monnaie sénégalaise) et 7.590.000 Ouguiyas (monnaie mauritanienne). Le Bylaws ne donne aucun droit à une section de Pulaar Speaking (dans le cas d’espece section de New-York) d’investir plus de 2.850.000 FCFA (monnaie sénégalaise) soit 1.700.000UM (monnaie mauritanienne) sans l’aval des instances dirigeantes. Ici il s’agit de l’assemblée générale (décisions stratégiques) et du comité directeur (contrôle et suivi de l’exécution des décisions stratégiques) et le bureau exécutif fédéral (exécution et traduction des décisions en activités).

Les deux plus hautes instances prises au dépourvu

Les deux plus hautes instances de l’association Pulaar Speaking ont été prises au dépourvu par aussi bien l’organisation, la préparation et la gestion des journees culturelles de la section de New-York. Cet acte est sans précèdent dans l’histoire de notre association et il viole le Bylaws.

De façon pragmatique, l’assemblée générale, qui est l’instance suprême qui réunit tous les membres actifs de Pulaar Speaking n’a jamais été informée lui faisant perdre, de facto son rôle d’instance de prises de décisions stratégiques. Ensuite, le comité directeur, composé de tous les membres du bureau exécutif, des délégués et des représentants désignés des sections, est l’organe de contrôle, d’analyse mais n’a jamais été saisi ce sujet. Finalement, seul le bureau exécutif, qui dans un ordre hiérarchique vient en 3eme position, est la seule instance qui a été informée donnant une autorisation illégale au bureau de la section d’organiser les journees culturelles. La section publiera dans Facebook, par le biais de son president un prospectus qui contient d’importantes informations qui révèle que les journées seront patronnées par son excellence le Président Macky SALL du Sénégal et que Secundo, Baba Maal, le roi du Yela, en devrait être l’invité d’honneur au moment où les artistes suivants devraient se reproduire en direct : Abou Jouba Deh, Malick Pathe Sow, Mamoudou Soma Dia, Nene Bolol Gueye et Ousmane Gangue, Ousmane Hamady Diopde Nangue Dimbe et le tout en partenariat avec Meat and Fish Market et TFM (la Télévision privée deYoussou Ndour).

Or, le samedi 9 Avril 2016 (donc 2 jours avant la publication du prospectus), une réunion avait été convoquée par le bureau de la section de New-York au cours de laquelle le président, répondant a la question de l’un des participants, dira que le programme des journées n’était pas encore élaboré. Le president ajoutera que le bureau a décidé de ne pas inviter des personnes établies hors du territoire américain dont les invitations exigeraient l’obtention de visas délivrés par les autorites consulaires. Ces deux propos se sont avérés être des mensonges d’abord par la publication paradoxale du prospectus deux jours après la réunion du 9 avril, et ensuite par la sortie médiatisée de Hadi Gadio et Sokhna Ba qui manifestaient leur colère suite au rejet de leurs demandes de visas qui, selon eux faisait suite à deux invitations officielles à participer aux journees culturelles. Ces deux personnes se sont meme permises d’évoquer la question sous l’angle d’une discrimination ethnique qui frapperait les peulhs et dont les auteurs seraient les autorites consulaires et politiques du Sénégal. Ne connaissant pas que leurs invitations sont manigancées et dissimilées par ses auteurs à leurs mandants, ces invités malheureux se sont vite lancées dans des critiques acerbes insensées qui révèlent les abus et les torts causés à ces innocents induits en erreur.

Les entorses au Bylaws

Le Bylaws se dit de la loi qui régit et qui gouverne la vie des associations non lucratives. Justement dans la décision de faire de son excellence le parrain ou le patron des journees culturelles, cette loi a été carrément violée.

Après avoir manigancé les journées culturelles, le bureau fédéral et le bureau exécutif de la section New-York ont dissimulé des informations qui devraient statutairement être débattus publiquement par les milliers de membres. De fait, les deux bureaux et avec à leurs têtes les deux présidents, ont commis quatre (4) entorses graves qui invalident immédiatement la fumeuse et prétentieuse démarche visant à honorer son excellence Macky SALL. En violant le Bylaws, ils se mettent dans la position de personnes abusant la confiance des membres de l’association par la dissimulation et les dépenses non autorisées. Les quatre (4) entorses sont les suivantes :

  1. La violation du cadre règlementaire (appelé Bylaws aux USA) matérialisé par un contournement des deux instances suprêmes (l’AG et le comité directeur) ;
  2. L’autorisation illégale du décaissement de 23000$ soit 4 fois plus que la somme légalement autorisée. La seule fois qu’une section peut exécuter des dépenses sans approbations des instances supérieures c’est lorsque celles-ci ne dépasse pas les 5000 dollars autorisés par le Bylaws comme nous l’avions mentionné plus haut. Ce décaissement
  3. Un mensonge autour du programme. Le prospectus balancé sur Facebook ne pouvait absolument pas etre aussi bien élaboré sans au préalable qu’il y ait eu des contacts officiels avec le nombre impressionnant d’invités, de partenaires dont les noms sont mentionnés. Il est impossible d’avoir convaincu tout ce monde entre le samedi 9 et le Lundi 11, date de publication du prospectus ;
  4. Le mensonge autour de la décision de ne pas inviter des gens établis hors du territoire et dont la venue exigerait des visas. Les sorties des deux malheureux renseignent éloquemment sur les dissimilations et les mensonges faits à ce sujet.

Conclusion générale

Glisser le nom de son excellence Macky SALL, avec ou sans son accord, dans un contexte aussi sulfureux marqué par des abus de confiance et par des detournement d’objectifs est un acte grave auquel le nom d’un président ne devrait etre associee. Président bien élu, doublé de la présidence de la CEDEAO,Foutanke et Peulh bon teint, trouvaille ne pouvait être aussi précieuse pour les dirigeants de notre association transnationale pour mettre en mal le president et le Sénégal avec les milliers de membres abusés. Notre association est apolitique, non lucrative et transnationale et pour cette spécificité, nous ne voudrions pas qu’elle serve de tremplin politique et social pour des politicards. En effet, le Pulaar Speaking est en train d’être progressivement récupéré par des politicards sénégalais associés à des mauritaniens en collusion, depuis des temps immémoriaux, avec le régime répressif et génocidaire de Ould Taya dont le bilan génocidaire se chiffre à 500 peulh tués (entre 1986-1991) et à plus de 60.000 autres chassés vers le Sénégal et le Mali.

Pour mémoire, il faut rappeler que ce groupe est à sa deuxième trouvaille parceque, en Mai 2015, il avait réussi à honorer l’ambassadeur de Mauritanie aux USA lors de l’AG de Pulaar Speaking. Ce fut une aubaine pour le service friand de renseignements sur la vie politique, culturelle et sociale des mauritaniens établis dans la diaspora. Subséquemment, il devient pour nous un devoir de dénoncer avec force les manigances de ce groupe dangereux qui cherche un pretexte pour legitimer toutes ses forfaitures passées et à venir.

Nous rappelons avec force que le president Macky SALL mérite notre respect et notre soutien mais nous pensons qu’il n’avait nullement de manigance pour etre honoré car il incarne toutes les qualités requises et dignes de son rang pour parrainer des journees culturelles. Son excellence Macky SALL jouit déjà et incontestablement d’une respectabilité qui transcende les frontières sénégalaises. Les senegalais le lui ont bien prouvé lors de la dernière élection présidentielle. En outre, les actes qu’il pose pour le Sénégal et son peuple ne peuvent que rencontrer notre adhésion parce que nous sommes soucieux du développement de notre continent meurtri par 300 ans d’esclavage et 100 ans d’agression coloniale sans oublier les guerres et les nombreux coup d’état et perturbations d’ordre religieux qui l’assaillent.

Depuis son arrivée à la tête du Sénégal, nous sommes heureux de constater qu’il s’investit dans la lutte pour :

  1. Eliminer la corruption et la prévarication ;
  2. Eliminer le detournement des deniers publics et les enrichissements illicites ;
  3. L’emergence d’une société sénégalaise dont les référents seraient, la compétence, le mérite et la responsabilité devant la gestion des ressources publiques.

Respectable, le président sénégalais incarne, pour nous, tout le contraire des valeurs propagées et incarnées par ceux qui prétendent l’honorer. Au contraire ils veulent associer son excellence a des forfaitures que nous n’accepterons pas. L’association a pour vocation d’unir les peulhs, et par-dessus tout, recréer un cadre où il est possible d’inventer des solutions durables à leurs problèmes.  Son excellence Macky SALL mérite notre respect, parce qu’il est le president d’un pays qui une fierté pour l’Afrique à travers ses savants qui se sont illustrés aussi bien dans la culture que dans les sciences. Nous citeronsSouleymani Bal, Cheikh Omar Tall, Cheikh Ahmadou Bamba, Elhaj Malik SY, Cheikh Ibrahima Niass, Cheikh Amadou Tidiane BA, Cheikh Imamoulaye et bien d’autres plus proches de nous dont Cheikh Anta Diop, Pr Abdoulaye LY ect.

Son excellence Macky SALL s’est aussi révélé en peu de temps pour son attachement à une Afrique institutionnelle forte et stable qui compterait amplement sur elle-même, valeurs jadis défendues par ses dignes prédécesseurs qu’étaient Feu Mamadou Dia Mawdo, Léopold Sedar Senghor, Abdou Diouf, Valdiodo Ndiaye, Feu Mansour Bouna Ndiaye pour ne citer que ceux-là. Il n’est pas saugrenu de dire ici que sa capacité d’écoute et sa détermination à promouvoir la paix et l’éthique l’ont encouragé d’avoir autour de lui de grands hommes politiques mais aussi de grandes sommités intellectuelles sénégalaises dont les doyens Amadou Makhtar Mbow, Amath Dansoko, Moustapha Niass, Ousmane Tanor DiengAminata Toure, Aminata TALL, , Pr Abdoulaye BathilyPr Marie Tew Niane, Youssou Ndour, Moustapha Sy Jamil, notre doyen Diène Farba SARR et bien d’autres dignes fils du Sénégal.

Nous avons voulu, dans cette contribution, alerter les hautes autorites politiques en particulier son excellence Macky SALL sur les manigances et autres mesquineries qui foulent aux pieds la loi américaine qui nous régit. En temps normal, le patronage de son excellence Macky SALL où l’invitation de toute autre personnalité culturelle, politique, diplomatique ou coutumière, ne devrait poser de problèmes. Seulement les ambitions cachées des groupuscules qui cherchent « un retour sur investissement » souillent inexorablement le parrainage parce que foulant aux pieds les exigences procédurales et organisationnelles qui devaient encadrer une aussi importance invitation.

Voilà, l’unique raison de notre contribution parce que les éclaireurs potentiels ont démissionné ou alors font preuve de duplicité notoire s’accommodant désormais d’une pensée serve. Serve à la sinécure du temps, de l’ambition égoïste, duplice, versatile et n’ayant aucune faculté d’aller au bout de leur intelligence pour paraphraser le brillant conseiller culturel de son excellence Macky SALL, le Pr Hamidou DIA.

Pour toutes ces raisons nous disons non et on a l’association de cette éminence politique aux bassesses politiques de ceux qui ne cherchent qu’à donner corps à leurs agendas privés au détriment d’un joyau de solidarité et de fraternité entre peulhs mais ouvert à tous les africains.

« La liberté consiste à choisir entre deux esclavages : l’égoïsme et la conscience. Celui qui choisit la conscience est l’homme libre ». Victor Hugo.

ADAMA NGAIDE

Secrétaire Général Pulaar Speaking (2013-2015), Secrétaire à l’Information-Communication (2011-2012). Actuel délégué de Pulaar Speaking Association

DESS en Environnement (Université Senghor), Egypte. 1999

MBA (Management) Metropolitan College of New-York, USA. 2013

MAITRISE Biologie/Géologie, Institut Supérieur Scientifique. Nouakchott. 1990

Nationalité : Mauritanienne

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles