Lutte contre le SIDA : un triste constat, beaucoup de Sénégalais ignorent leur statut sérologique

Beaucoup d’hommes au Sénégal ignorent leur statut sérologique, a déploré mardi à Dakar le chef de la Division de la lutte contre le sida et les maladies sexuellement transmissibles (IST) du ministère de la Santé et de l’Action sociale, le professeur Cheikh Tidiane Ndour.

L’homme qui s’exprimait à l’ouverture de la deuxième journée de santé publique organisée par l’Association sénégalaise des professionnels de la santé publique (ASPSP), dans sa communication axée sur le thème « La prise en charge de l’infection à VIH au Sénégal : états des lieux, défis et perspectives »,  a fustigé cette « vulnérabilité masculine » qui n’est pas souvent prise en considération dans les statistiques.
L’agence de presse sénégalaise qui partage l’info indique qu’iIl souligne que « le risque de contracter le VIH est de 28% plus élevé chez les hommes qui ont des partenaires de même sexe, contre 13% chez les femmes qui s’adonnent à la prostitution ».

Il a invité les personnes infectées 7 à 10 ans avant l’apparition des premiers symptômes de la pandémie, à aider les professionnels de la santé dans la stratégie « tester et traiter », qui a été élaborée pour freiner ce fléau au Sénégal.
Il a salué les performances du Sénégal dont le taux de prévalence est passé de 0,7 % à 0,5 %, avec cependant une légère hausse dans les régions de Kaffrine et de Ziguinchor.

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles