Louga : trois pôles de développement local annoncés pour préparer le retour des émigrés

Un atelier a réuni pendant deux (2) jours trois (3) acteurs qui se sont penchés sur la réinsertion, l’investissement et la méthodologie d’implication des émigrés et leurs secteurs d’activités ciblés à leur retour au Sénégal. Il s’agit de la Maison Développement Locale, de l’Agence Régionale de Développement et de l’ONG TATAN.

L’ONG TATAN aide l’association des émigrés solliciteur, la MDL expose les potentialités et l’ARD offre le cadre des plans d’action pour « faciliter les orientations des appuis financiers aux collectivités locales et territoriales », nous informe lougawebmedias.com.

Il est revenu à Ismaël Mbengue Fall, a l’entame des travaux de souligner « la place qu’occupe le flux migratoire au Sénégal et l’apport économique des émigrés Lougatois pour le développement de la commune ».

Pour l’adjoint au maire de Louga, «  les migrants locaux constituent un potentiel important qui fait du Ndiambour une forte zone traditionnelle d’émigration. Nous les suivons, les encadrons et participons à la facilitation de leurs déploiements partout sur le plan communal ».

Cheikh Omar Faye de l’organisme non gouvernemental, « Nous resterons des bailleurs attentifs  pour accompagner toutes les initiatives de développement retenus par les émigrés. C’est la meilleure façon d’appuyer les collectivités territoriale dans le déroulement de leurs projets ».

Selon nos confrères, le directeur de l’ARD Cheikh Gueye a salué l’existence des trois (3) pôles qui s’intronisent leurs actions pour l’harmonisation des stratégies et leur exécution selon des  priorités exprimées ». Selon M. Guèye 150.000 émigrés ont été approximativement recensés ces cinq (5) dernières années.

Le président de l’Association des émigrés a rappelé : « Nous avons très tôt investi dans divers domaines,  notamment dans les vergers fruitiers comme celui implanté à Sakal dont la production permet aujourd’hui de traiter des jus de fruits bien appréciées. Cet atelier est donc venu pour renforcer notre capacitation. Notre réussite nous permet  de convaincre les jeunes de tenter l’aventure clandestine avec ses lots de morts engloutis dans les océans ».

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles