Louga : le mouvement d’Adjibou ratisse large et offre un moulin à mil au village Keur Samba Thiam

Keur Samba Thiam, village niché un peu en profondeur entre Boudi Sakho et Keur Momar Sarr,

a reçu le mardi 2 octobre un moulin à mil d’une délégation de la Coordination d’Adjibou 2019, conduite par Baye Dame Khoulé, par ailleurs Président du Mouvement Walu Gor.

C’est dans une affluence monstre et enthousiaste que les populations de tout âge sont sorties pour accueillir leurs hôtes venus de Louga. Au nom de tout le village, le jeune Mamoudou Ndiaye s’est adressé à ces derniers : « Vous avez amené ce que nous voulons.

Malgré les difficultés pour venir ici, vous êtes là. Même si d’aucuns vous prennent pour des politiciens, nous vous considérons seulement comme « borom dëk bi » (ce village est vôtre). Le moulin que vous amenez ici est une belle réponse à un besoin crucial. Merci pour tout. » Pour moudre les graines de leur subsistance, les populations de Keur Samba Thiam allaient jusqu’à Boudi Sakho à 7 km. Cette peine leur est désormais épargnée.

L’occasion a été aussi profitable aux visiteurs du jour qui ont pu recueillir sur place des cartes d’identité et engranger de nouvelles signatures pour le parrainage. Une opération qui, à en croire Baye Dame Khoulé, comporte beaucoup d’avantages pour Adjibou 2019 et sa mouvance, parce que leur offrant l’opportunité de se mettre à l’épreuve du terrain et au contact des populations.

« En seulement quarante jours, nous avons collecté plus de six mille parrains dans la région dont plus de deux mille pour le seul département de Louga. Il faut aussi dire que le Mouvement Walu Gor a connu une croissance extraordinaire », a encore relevé son chef de file.

Walu Gor, selon B D K, traduit une certaine exigence d’équité et de transparence relativement à l’argent public qui doit profiter à la communauté et non aux individus, de la manière la plus juste et la plus bénéfique possible. Et c’est là tout le sens du slogan « sama xaalis du më jënd » (notre propre argent ne doit pas servir à nous acheter).

Sur le choix de l’ancien Premier Ministre et Président de la Commission de l’Uemoa comme candidat à l’élection présidentielle du 24 février 2019, Baye Dame fait état d’un homme d’expérience et de sagesse, imbu de valeurs républicaines et démocratiques, et qui présente le grand avantage de se départir de tout esprit revanchard vis-à-vis de ses adversaires politiques.

Le Président du Mouvement Walu Gor et Coordonnateur d’Adjibou 2019, après avoir transmis les salutations de Monsieur Adjibou Soumaré, a aussi mis l’accent sur la nécessité ou l’importance de satisfaire les besoins primaires, surtout en milieu rural.

« L’argent que les politiciens vous donnent ne leur appartient pas. Cet argent est notre impôt », a t- il aussi martelé. Non sans dénoncer le fait que l’électricité soit plus chère en milieu rural qu’urbain. Une situation qui s’explique, selon lui, par l’intermédiation de certaines Compagnies préoccupées surtout à gagner de l’argent là où les populations manquent terriblement de moyens.

Dans la même veine, il a fustigé la pratique du « lal bassang » (une trouvaille maladroite de politiciens au pouvoir visant surtout à ferrer les femmes). Cela consiste à regrouper ces dernières pour leur octroyer de petits financements et du matériel d’usage courant comme des bols et des chaises importés de Chine.

Le Président de Walu Gor et Coordonnateur d’Adjibou 2019 ne trouverait pas à redire si les commerçants et opérateurs financiers de la place n’étaient pas lésés par cette façon de faire qui ne milite pas en faveur de la bonne portance de leurs affaires.

Source Lougawebmedias.com

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles