Libre après 5 ans de captivité, le trio avait lynché un voleur qui, affolé, s’est mortellement jeté d’un balcon

Le sort de Mamadou Koné, Babacar Kouyaté et Moussa Tine devrait pousser certains Sénégalais enclins à lyncher des voleurs à savoir qu’on ne doit pas se faire justice soi-même.

En effet, ce trio a passé 5 ans 8 mois et 1 jour en prison pour avoir lynché un voleur. Ce dernier, sous la violence des coups, avait sauté du deuxième étage et s’était fracassé le crâne, rendant l’âme sur le coup.

Les faits ont eu lieu le 13 octobre 2010 à HLM Grand-Yoff. Mamadou Koné se rendait au deuxième étage de l’immeuble où il habitait avec son cousin Babacar Kouyaté, lorsqu’il a croisé dans les escaliers un inconnu. Interrogé sur sa présence, l’individu lui avait répondu qu’on l’avait envoyé à la salle de jeux qui se trouvait au rez-de-chaussée.

Ce qui a suscité des soupçons chez Babacar Kouyaté sorti de la chambre où il dormait. Ayant fouillé le sac du suspect, il y a découvert ses habits.

Mamadou Koné a déclaré que son cousin et le gardien de l’immeuble, Moussa Tine, avaient conduit le voleur à la terrasse pour le bastonner. Tout en reconnaissant avoir giflé la victime, Mamadou Koné a soutenu avoir suggéré à ses coaccusés de conduire le voleur à la police, mais Moussa Tine s’y est opposé.

10 millions F CFA au père de la victime

Alors que les accusés se sont obstinés à dire qu’ils n’ont pas bastonné le voleur, qu’il a sauté sous la menace de la foule, les témoignages et les constatations ont prouvé le contraire.

Selon la dame Aïda Diène, elle a entendu des cris et a vu un jeune homme vêtu d’une culotte et d’un Lacoste suppliant des gens qui le bastonnaient. Il s’y ajoute que, lorsqu’il est tombé, le voleur était torse nu et portait des éraflures et des traces de blessures.

Ainsi, pour le substitut Adama Ndiaye, les coups sont constants mais ne sont pas de nature à donner la mort. Relevant que le voleur a sauté, car il ne pouvait plus supporter les sévices corporelles, il a estimé qu’il n’y a ni meurtre ni coup mortel.

Toutefois, il a soutenu qu’il y a négligence de la part des accusés qui devaient se comporter en ‘’bons pères de famille’’, en conduisant le voleur à la police.

Après délibéré, la chambre criminelle a suivi le réquisitoire du parquet, mais a condamné les accusés à une peine de quatre ans ferme. Ce qui fait qu’ils sont tous libres. Ils doivent verser la somme de 10 millions F CFA au père de la victime.

Source « Enquêteplus »

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles