« Les charognards » de Marcel Salem: Le reggae man dénonce la dévolution monarchique du pouvoir en Afrique

Marcel Salem, auteur et compositeur de musique Reggae, vient de procéder au lancement de son nouveau album de 12 titres, intitulé les charognards. A travers cette œuvre gigantesque, l’artiste dénonce la dévolution monarchique du pouvoir en Afrique. Resté muet pendant des années, Marcel Salem par la grâce de Dieu a pu parler un jour, ce qui constitue un grand miracle pour ses proches. Ce natif de Mont-Rolland a aussi dénoncé dans son album la guerre en Irak.
« Je suis un musicien qui habite Mont-Rolland, j’ai réalisé un nouveau album intitulé les charognards. A travers cet album, je dénonce la dévolution monarchique du pouvoir en Afrique. C’est une réalité dans notre continent. Nous pouvons donner l’exemple du Gabon avec le président qui a remplacé son père et aujourd’hui en Guinée Equatoriale, le Président est en train de préparer son fils et il en est de même pour le Cameroun », explique l’artiste en marge de la cérémonie de lancement.
Du point de vue de Marcel Salem, les africains s’unissent pour dire non à cette pratique.
Il estime qu’en Afrique, les gouvernants prennent notre argent pour les garder dans les banques européennes. Et pourtant la pauvreté est là en Afrique. Il explique que cet argent pourrait servir à créer beaucoup d’emploi dans le contient.
Avec son groupe qui s’appelle « Ndiawar », une grande personnalité qui habitait Mont –Rolland et qui est mon ancêtre, Marcel compte à son actif un premier album en 2008 qui s’appelle Thiaroye 44 et le deuxième « Africa vigilance » qui n’a pas pu sortir à cause des problémes avec studio 2000.
Il est revenu sur une page sombre de son histoire car il est resté muet durant des années.
« Je n’ai jamais fait l’école mais aujourd’hui je suis auteur compositeur et interprète. Depuis ma naissance, j’étais muet et j’ai commencé à parler depuis 6 ans et demi. Ce jour-là mes parents ont dit à ma grande sœur dés que la cloche de l’église sonne à midi, tu donnes à manger aux enfants. Et lorsque la cloche sonne, j’ai dit à ma grande sœur en serrer que maman avait dit de nous donner à manger, c’est ainsi qu’elle a alerté tout le village que j’ai commencé à parler », dira Marcel qui entend faire la promotion de son produit pour que les mélomanes puissent écouter les belles sonorités.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles