Législativesà Dakar/Bara Gaye-APR Mbacké : « Je pense que le président fera une lecture assez lucide de ces résultats »

Dans une interview accordée à votre site préféré Lactuacho.com, M. Bara Gaye, responsable politique de l’Alliance pour la République (APR) à Mbacké et membre de la convergence des cadres républicains, est largement revenu les élections législatives à Mbacké où il estime que l’investiture du maire de la localité a causé la défaite de la coalition de Benno Bokk Yakkaar. Selon lui, les résultats de Dakar, constituent un signal fort envoyé et qu’il pense que le Président Macky Sall fera une lecture assez lucide. D’après le responsable politique de Mbacké, il faut décrypter ce signal pour préparer sérieusement 2019.

Lactuacho : Comment vous avez vécu les élections législatives au niveau de Mbacké ?

Bara Gaye : J’avoue qu’à Touba-Mbacké, nous avons sérieusement préparé les élections et nous avons battu une bonne campagne électorale avec notre tête de liste Serigne Abdou Lahat Gaïndé Fatma mais malheureusement comme vous le savez, il y a eu les événements qui sont survenus le jour du vote et qui ont fait que malheureusement plus de 257 bureaux ont été saccagés par des éléments identifiés appartenant au parti démocratique sénégalais. Et on n’a pas pu voter. Malheureusement, nous avons perdu le département malgré le fait que nous avons gagné 15 communes sur les 16 que compte le département, nous avons gagné 14 communes. Nous n’avons perdu que la commune de Touba et la commune de Mbacké mais toutes les autres communes ont été remportées par Benno Bokk Yakkaar. Malheureusement, il y a u les événements du dimanche qui ont fait que nous avons perdu les élections.

A qui la faute ? D’aucuns disent que vous avez perdu les élections à cause des membres de l’APR. Quel est votre commentaire sur cela ?

De façon générale, moi, j’avais alerté bien avant les élections. J’avais émis des réserves sur le fait qu’on investisse certaines personnes notamment le maire de Mbacké. Je n’étais pas d’accord pour qu’il soit investi sur les listes parce que certes, il est maire mais le contexte de 2014 où il a été élu et le contexte de 2017 sont différents. Il a eu des relations très heurtées avec beaucoup de foyers religieux au niveau de la commune de Mbacké, de Darou Salam, la famille de Mame Mor Diarra, les « bayes Fall ».

Ce qui fait que, l’électorat de Mbacké, majoritairement, était contre le maire. Même dans son conseil municipal, ses principaux bras-droit, lieutenants, l’ont quitté. Malgré le fait que nous avons battu campagne dans la commune avec mon frère Gallo Bâ, on a déployé beaucoup d’efforts mais malheureusement, on a été battu dans la commune de Mbacké et ça, c’est le maire qui a été sanctionné. Maintenant u niveau départemental également, il faut reconnaître que, moi je n’étais pas d’accord sur la manière d’investir certaines femmes, particulièrement dans nos listes titulaires, on a une femme de Touba qu’on a investi. Je n’ai rien contre elle mais qui n’avait pas toute la légitimité, ni l’assise électorale pour figurer sur nos listes. Malgré tout ça, on a battu campagne. Ce qui est arrivé, il y a eu d’abord des défaillances sur le plan de l’organisation.

L’administration n’a pas pris très au sérieux le problème de l’organisation du vote à Touba. Ça, il faut le reconnaître, l’administration a une responsabilité de ce qui est arrivé. On n’a pas mis un dispositif organisationnel, on n’a pas mis un dispositif de sécurité spécial pour sécuriser les bureaux de vote de Touba. Et maintenant nos amis du parti démocratique sénégalais ont profité de ça et ils ont saccagé les bureaux de vote, ça, c’est les raisons fondamentales qui ont fait que nous avons été battus mais à la décharge de la tête de liste Abdou Lahat Gaïndé Fatma, il a battu une très grande campagne.

Mon frère Gallo Bâ a mouillé le maillot. Moi, qui vous parle, j’étais avec les autres responsables mais malheureusement, nous avons perdu le département. Et je pense à la lumière de ce qui est arrivé, au moment où nous parlons, le dossier est entre les mains de la justice. Il y a des personnes qui sont pour le moment arrêtés. Nous pensons que la justice va faire tout son travail pour apporter les éclairages. La coalition aussi, a introduit un recours que nous soutenons, que nous appuyons, que nos avocats suivent. Nous attendons la décision finale du conseil constitutionnel pour pouvoir se prononcer clairement sur la situation.

Qu’est-ce qui vous oppose à Moustapha Cissé Lô ? Vous avez fait une sortie un peu musclée contre lui.

Personnellement, je n’ai rien contre le Président Moustapha Cissé Lô. C’est une grande personnalité de notre dispositif politique national, quelqu’un qui a accompagné le président à des moments où cela n’était pas facile. Tout le monde sait que Moustapha Cissé Lô a eu des relations heurtées avec beaucoup de franges de la société au niveau de Touba, particulièrement avec certains chefs religieux. Mieux encore, c’est au sortir des élections avec notre défaite de 2014 que, sur demande du président, il avait fait transférer son vote à Dakar.

Il peut continuer à venir dans le département pour apporter son appui en moyens mais de là à s’immiscer sur le choix des personnes qui doivent être investies, de là à travailler à écarter certains responsables au profit d’autres. Je ne suis pas là mais tout ce qui se passe, c’est moi régente ça. Et c’est ça qui est retourné contre lui. Tout le monde sait que la liste qui a été investie au niveau de Mbacké, qui, à part la tête de liste, c’est des personnes qui sont proches de Moustapha Cissé Lô. Et malheureusement, moi j’avais alerté à qui de droit. Je prends à témoin les autorités de notre parti.

J’avais écrit à qui de droit, j’ai tenu une conférence de presse pour alerter, pour dire que Cissé Lô soit totalement dessaisi de tout ce qui est gestion électorale au niveau de Touba Mbacké. S’il continue à le faire, nous allons vers la confrontation et les gens vont le sanctionner. Majoritairement l’électorat ne sanctionne pas Macky Sall, ni Benno Bokk Yakkaar mais il sanctionne le comportement irrespectueux de Moustapha Cissé Lô, c’est ça la vérité mais au plan personnel, on a aucun problème.

Maintenant les élections législatives sont derrière nous et la présidentielle se profile à l’horizon. Comment votre parti compte faire pour redorer son blason au niveau de Mbacké ?

Je pense que le président Macky Sall l’a dit au secrétariat national exécutif. Il a félicité les responsables de la coalition parce que quoi qu’on puisse dire, nous avons la majorité. Sur 165 députés, nous avons les 125 députés. Donc Benno Bokk Yakkaar a une majorité confortable pour gérer l’Assemblée nationale, pour continuer à accompagner l’action du gouvernement mais la vérité est qu’aussi, il y a un signal qui nous est envoyé particulièrement au niveau de Dakar.

Aujourd’hui, je pense que le président de la république fera une lecture assez lucide de ces résultats parce qu’à Dakar si vous mettez les votes de la coalition gagnante, et de PUR, ça dépasse largement les votes de Benno Bokk Yakkaar. Donc, ça, je pense que c’est un signal qu’il faut bien prendre au sérieux. Nous avons perdu la commune de Thiès. Nous avons perdu trois autres départements, y compris le département de Mbacké. Et je pense que Mbacké n’est pas n’importe quel département au Sénégal.

Il faut un traitement particulier, accompagner les responsables politiques qui sont dans ces départements, renforcer le personnel politique. Il faut que les gens descendent sur le terrain pour parler le programme de Macky Sall parce qu’en 5 ans, Macky Sall a fait des réalisations dans ce pays. Il faut décrypter ce signal pour préparer sérieusement 2019 parce qu’il n’est pas question que le Président Macky Sall soit amené en ballotage au deuxième tour. Ce que nous devons faire, c’est de travailler pour sécuriser le vote de la majorité des sénégalais pour faire passer notre candidat dés le premier tour.
Propos recueillis par Saër Dial.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles