Législatives 2017 : Un fiasco avant l’heure ?

Pauvre Sénégal. Tous les  acquis emmagasinés  dans la gestion de  l’administration, le processus électoral et le jeu politique de manière générale, se sont écroulés aujourd’hui comme un château de sable. Chose inadmissible et inconcevable, pour un pays qui fait de l’émergence son credo.

Le culte de la médiocrité, la légèreté jusque dans les moindres  détails, l’indifférence inouïe par rapport aux fondamentaux de la République, ont, aujourd’hui, pris le dessus sur l’éthique et le sens de la responsabilité.

Le comble dans tout ça, est que ce régime, ne se rend même pas compte de son incompétence qui fait peser sur la tête des Sénégalais, une grosse menace. Avec autant de déceptions qui ne finissent  plus de châtier les nerfs, il faut s’attendre à tout.

Il faut s’attendre à tout, surtout quand nous sommes en face d’une administration qui ne sait même plus organiser un examen (baccalauréat 2017).Ce fait, excusez de l’expression «hontissime », nous renseigne sans ambages sur la qualité des hommes qui nous gouvernent.

Comme si tout cela ne suffisait pas, il fallait aussi craindre pour les prochaines élections législatives du 30 juillet 2017.

Les errements, les manquements et autres lenteurs  graves notés dans la distribution des cartes d’identité biométriques sont déjà un cuisant échec pour le président Sall et son gouvernement.

Nous voyons là encore se manifester au grand jour l’infirmité de notre pouvoir public qui pour sauver sa face pourrait autoriser l’usage de passeports ou des permis de conduire pour permettre à ceux qui n’ont pas encore reçu leurs nouvelles cartes de voter.

Cette mesure unique pour ne pas  dire « cynique », jamais vue ailleurs  et proposée par le chef de l’Etat  comme solutions aux lenteurs  dans la distribution des cartes biométriques, pourrait engendrer d’autres problèmes et surtout ouvrir une brèche à la fraude électorale.

Au regard de tout ce « bazar », nous nous interrogeons sur l’issue de ce scrutin dont le processus au départ est un quasi   fiasco. Dans un tel contexte où l’adrénaline ne cesse de monter, faisons preuve de beaucoup de prudence.

Jean Nzalé

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles