Le Sénégal mérite mieux que des dirigeants vêtus du manteau de complexé

Les hommes passent mais ce qu’ils laissent derrière restent et demeurent pour des générations. Quand un transmetteur du savoir reconnaît une erreur, ce qui est humain, il explique les raisons qui l’ont emmené à faire une erreur.

Au Sénégal nous avons cette culture de la blague entre les ethnies, genre le toucouleur est l’esclave du sérère ou inversement. Et c’est ainsi dans presque toutes les langues qui composent notre belle culture définie par la (Teranga) en français (L’hospitalité.)Peu importe d’où l’on vient la Teranga  est dans toutes les langues.

Mais aujourd’hui les Sénégalais ont l’impression ceux qui dirigent  les institutions  seraient atteints par le complexe  de l’infériorité et se laissent berner par un intellectualisme très dangereux pour la démocratie sénégalaise parce qu’elle mène le Sénégal tout droit sur le chemin de la monarchie institutionnelle.

En politique si aucun respect n’est voué à l’adversaire c’est l’anarchie totale et comme nous pouvons le constater elle a fini par se familiariser avec le paysage politique. Elle est témoin du langage verbal ordurier qu’on n’attend dans les réseaux sociaux.

La Teranga sénégalaise mérite bien mieux que ça il faut ceux qui dirigent les institutions se dévêtissent du manteau de complexé.

Le Sénégal n’est pas une République de monarque et les Sénégalais ne vont surtout pas cautionner une soumission du peuple sous une quelconque monarchie institutionnelle.

Jon Birahim

Cadre libéral Paris.

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles