Le Salvador neutralise des membres d’un des gangs les plus redoutés du pays

Les membres d’un des gangs les plus redoutés d’El Salvador ont été emprisonnés en masse dans le sillage d’un cessez-le-feu de 72 heures qui était destiné à convaincre le président d’arrêter sa «guerre» sur le crime organisé.

Tatoués, les membres du gang de  Mara Salvatrucha ont été gardés par des policiers armés alors qu’ils couraient à travers la cour à la prison Quezaltepeque située à 16 kilomètres  au nord de la capitale de San Salvador.

Après avoir été forcés de quitter leurs vêtements, les membres redoutables de ces gangs se sont accroupis derrière des clôtures de fils barbelés avec rien que leurs sous-vêtements.

L’emprisonnement de masse est survenu peu de temps après la fin d’une longue trêve de 72 heures avec les trois plus grands gangs de El Salvador.

En échange, les gangsters avaient demandé au gouvernement de retarder l’application des tactiques nouvelles et exceptionnelles pour les combattre, en faisant valoir qu’ils faisaient partie intégrante de la société.

Cependant, le chef de la police d’El Salvador, Howard Cotto, a rejeté la trêve, en disant «il n’y a pas de négociation d’aucune sorte avec tout type d’organisation criminelle».

«Nous n’avons rien à discuter avec les membres des organisations criminelles. Notre travail est d’enquêter et de traduire en justice ceux qui commettent des crimes », at-il dit.

arrestation de masse

Le gouvernement a décidé de durcir sa répression militarisée contre les gangs après un massacre de huit travailleurs de l’électricité et trois coupeurs de canne à sucre à l’ouest de la capitale de San Salvador le mois dernier.

Les mesures proposées étant présentées devant le Congrès du pays comprennent le renforcement du rôle de l’armée dans la lutte, l’ajout de restrictions sur les gangs dans les prisons, et un plan visant à accroître le contrôle sur les zones sous domination des gangs.

El Salvador avec ses  voisins, le Honduras et le Guatemala forment ce qui est connu comme «Triangle du Nord» de l’Amérique centrale – un trio de pays marqués par des guerres civiles qui ont une fois fait rage dans la région  en proie à des gangs ultra-violents importés des rues moyennes de Los Angeles et des prisons américaines.

Selon les statistiques officielles, au moins 6657 personnes ont été tuées l’an dernier à El Salvador. Le pays avait un taux d’homicide annuel global de l’ordre de 103 pour 100.000 habitants, celle d’El Salvador de la plus élevée jamais.

.dailymail.co

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles